SlateAfrique

mis à jour le

Le Canada voit rouge avec les histoires de mariages blancs

 Le phénomène n’est pas récent. Mais, selon le site d’information canadien, La Presse.Ca, il prend une ampleur telle que les autorités du Canada ont décidé de prendre le taureau par les cornes: il s’agit de la chasse aux mariages blancs.

Une technique à laquelle ont recours des Africains, «souvent des étudiants dont le statut au Canada tirait à sa fin», indique le site canadien .

Pour parvenir à leurs fins, ces étudiants approchaient «Amadou Niang (Canadien d’origine sénégalaise ndlr), soupçonné d'être la tête pensante du système. L'homme de 56 ans, qui se présentait comme un consultant en immigration, aurait organisé pas moins de 315 mariages», poursuit le site canadien d’information. 

Les premières enquêtes sur ce phénomène datent de 2009. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a déposé ce 28 août «78 nouveaux chefs d'accusation contre 39 personnes impliquées dans un présumé réseau illégal d'immigration qui fait l'objet d'une enquête depuis près de trois ans», précise, pour sa part, Radio Canada.

Selon la Gendarmerie royale du Canada, «Amadou Niang recrutait ensuite des Canadiennes —dont plusieurs originaires de Haïti— prêtes à se marier en échange d'une somme d'argent. De nombreux mariages ont été “célébrés” entre 2007 et 2009 dans une seule et même mosquée de la région montréalaise».

Lu sur La Presse et Radio Canada

 

A lire aussi

Le Canada, nouvel eldorado des Africains?

Les noirs, minorité invisible au Canada

Immigration: Barcelone ou la mort

Immigration: le grand mensonge européen