SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Les supermarchés Marjane vont-ils cesser de vendre de l’alcool?

Marjane, la principale enseigne de grande distribution marocaine appartenant au roi du Maroc a décidé de cesser la vente d'alcool dans au moins trois de ses 29 hypermarchés. 

«Vendredi dernier devait marquer la date de reprise de la vente d’alcool par les différents distributeurs au Maroc (grandes surfaces, débits de boisson...). Cette année, Marjane Holding a créé la surprise. Après l'Aïd, trois de ses magasins n’ont pas ré-ouvert leurs rayons alcool. Et la liste risque de s'allonger. L'information qui avait déjà circulé pendant le mois de ramadan n'avait pas été prise au sérieux par certains fournisseurs et clients de ces hypermarchés, avant qu'ils ne constatent sa véracité de visu,  au lendemain des fêtes», relate le quotidien casablancais Les Echos

«Le Maroc a-t-il donc mal à son alcool, et faut-il y voir un revirement stratégique et politique?» s’interroge Oumma.com qui relève que «au-delà de la question inhérente à la religion, le marché très concurrentiel de l’alcool représente un enjeu économique, financier et sociétal non négligeable au Maroc».

En l’absence d’une communication officielle, les rumeurs vont bon train sur cette initiative. «Est-ce le fait des islamistes au pouvoir?» s’interroge encore le site WMC

Mais la décision ne serait pas liée à des motivations religieuses selon des sources approchées par l’AFP, mais en réponse «aux nombreux revendeurs illégaux», qui s'y approvisionnaient, et «pour mettre fin aux bagarres provoquées par des dizaines de désoeuvrés ivres qui rodent près des trois hypermarchés». Des raisons sécuritaires évoquées aussi par le site Kifache qui a pu joindre un responsable de magasin qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat.

Marjane Holding qui contrôle trois pôles de distribution (Marjane pour les hypermarchés, Acima pour les supermarchés et Electroplanet pour l'électroménager) fait partie de la Société nationale d'investissement (SNI), un conglomérat multi-métiers contrôlé par Siger, principal trust de Mohammed VI.

Sur les forums de discussion comme celui de Bladi.net, les internautes se réjouissent déjà d’une fermeture définitive des débits d’alcools dans le royaume. Certains mêmes saluent «une sage initiative d’Amir Al Moumine», le statut religieux du souverain chérifien, dont la Constitution lui confère le titre de Commandeur des Croyants.

Il y a quelques années, Mohammed VI avait cédé à un groupe international la Société des Brasseries du Maroc, principal producteur de spiritueux au Maroc. A l’époque, la vente de cette entreprise, pourtant florissante, avait suscité les mêmes commentaires sur l’incompatibilité du statut du roi avec le commerce d’alcool.

Lu sur Les Echos

 

A lire aussi

L'alcootest est-il un produit halal?

Les 10 fatwas de l'année

Sodabi, l'alcool qui rassemble