SlateAfrique

mis à jour le

Il avait rompu le jeûne en public. Résultat, trois mois de taule!

Manger pendant le ramadan peut avoir des conséquences fâcheuses. Un jeune Marocain l’a appris à ses dépens.

Il «a été condamné ce 28 août à trois mois de prison ferme pour avoir rompu publiquement le jeûne pendant le mois de ramadan, à Rabat (Maroc)», indique Francetvinfo.

En plein mois de ramadan, le jeune homme a été surpris par la police «alors qu'il était en train de manger dans la médina de Rabat».

C’est au nom de sa liberté individuelle de manger ou pas que ce Marocain avait rompu son jeûne.

Rompre le ramadan comme l’a fait le jeune Marocain pourrait passer pour une provocation ou un défi dans ce royaume à tradition musulmane. Acte qui ne reste pas impuni.

«L'article 222 du Code pénal marocain punit la rupture publique du jeûne pendant le mois de ramadan, d'une peine pouvant aller jusqu'à six mois de prison ferme. Le condamné peut toutefois faire appel de ce jugement», précise Francetvinfo.

Passer ses journées sans manger n’est pas du goût de certains jeunes qui considèrent le jeûne comme étant une atteinte, non seulement aux libertés individuelles, mais aussi, aux libertés de culte.

Tout récemment sur «Facebook un groupe baptisé "Masayminch" ("nous ne jeûnons pas", en arabe) pour défendre le droit de ne pas jeûner pour les non-croyants».

Contre ces groupes, des groupes "Anti-Masayminch" ont également vu le jour sur le réseau social, pour défendre l’obligation d’observer le jeûne de ramadan.

La bataille ne fait que commencer.

Lu sur Francetvinfo

A lire aussi :

Maroc: le quart d’heure de célébrité des nouveaux rebelles du ramadan

Maroc: les hérétiques du ramadan

Ne pas faire le ramadan est dangereux en terre d'Islam