mis à jour le

RDC: la Céni rejette les accusation de corruption contre ses dirigeants

La Commission électorale (Céni) de la République démocratique du Congo a rejeté samedi les accusations de corruption et de violation des droits humains contre trois de ses dirigeants par les autorités américains après les scrutins ayant consacré Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle contestés par l'opposant Martin Fayulu.

Le gouvernement américain a accusé vendredi le président de la Commission électorale nationale indépendante, Corneille Nangaa, son vice-président, Norbert Basengezi et un conseiller du président, Marcellin Mukolo Basengezi, de s'être "enrichis personnellement par l'usage de la corruption" et d'avoir violé les droits humains.

Le président de l'ancienne Assemblée nationale congolaise, Aubin Minaku, le chef des juges de la Cour constitutionnelle et les trois responsables précités de la Céni sont interdits d'accès au territoire américain.

La Céni "rejette les allégations de corruption et/ou de violation des droits de l'Homme, d'abus ou d'atteinte à la démocratie dans l'exercice de sa mission" contre ses dirigeants, a écrit dans un communiqué Jean-Pierre Kalamba, rapporteur de cette institution.

La Céni indique avoir appris "avec stupéfaction", cette décision du département d'État américain "interdisant l'entrée dans l'espace américain" prise contre ses trois responsables.

La Céni rappelle que les élections générales du 30 décembre ont "permis le transfert pacifique et démocratique mais aussi historique du pouvoir entre le président de la République sortant et le président élu".

La Céni, puis la Cour constitutionnelle, ont proclamé Félix Tshisekedi vainqueur avec 38,5% des voix, et l'autre opposant, Martin Fayulu, deuxième avec 34%. 

Ce dernier accuse le président de la Céni, Corneille Nangaa, d'avoir "fabriqué" les résultats et dénonce un "putsch électoral" orchestré par l'ex-président Joseph Kabila.

M. Fayulu revendique la victoire, avec 61% des voix, un pourcentage également repris par le Groupe des experts du Congo (GEC) de l'université de New York et de titres de la presse internationale, citant des fuites de la Céni et les observateurs de l'Eglise catholique.

Mais la victoire de M. Tshisekedi a été acceptée pacifiquement par la population, et les leaders africains ont déjà adoubé le nouveau président congolais lors du sommet de l'Union africaine début février.

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: quatre agriculteurs tués dans une attaque de Boko Haram  Régions anglophones au Cameroun: au moins 5 personnes kidnappées, 80 autres dépuillées  Algérie: le camp Bouteflika se fissure, selon les analystes 

accusation

AFP

Centrafrique: nouvelle accusation de viol contre des Casques bleus

Centrafrique: nouvelle accusation de viol contre des Casques bleus

AFP

Procès Gbagbo: accusation et défense promettent de "faire éclater la vérité"

Procès Gbagbo: accusation et défense promettent de "faire éclater la vérité"

AFP

Niger: la requête de mise en accusation du président Issoufou rejetée

Niger: la requête de mise en accusation du président Issoufou rejetée

Céni

AFP

Elections en RDC: la Céni n'annonce aucune date pour la publication des résultats

Elections en RDC: la Céni n'annonce aucune date pour la publication des résultats

Nabil

Organisation des élections au Burkina : L'ambassade de Taïwan dote la CENI en matériel informatique

Organisation des élections au Burkina : L'ambassade de Taïwan dote la CENI en matériel informatique

AMI

Mauritanie : La CENI reporte les élections initialement prévues le 12 octobre

Mauritanie : La CENI reporte les élections initialement prévues le 12 octobre

corruption

AFP

Soupçons de corruption en Afrique: ouverture mouvementée du procès de Bourbon

Soupçons de corruption en Afrique: ouverture mouvementée du procès de Bourbon

AFP

Soupçons de corruption en Afrique: la société Bourbon au tribunal

Soupçons de corruption en Afrique: la société Bourbon au tribunal

AFP

Elections en Afrique du Sud: l'opposition promet de mettre fin

Elections en Afrique du Sud: l'opposition promet de mettre fin