mis à jour le

Nigeria: 16 morts

Un groupement de la société civile qui assure la surveillance du scrutin a recensé 16 morts samedi au Nigeria dans des violences électorales, alors que le pays continuait à voter pour élire son président et ses députés. 

"A l'heure de cette réunion, 16 morts ont été enregistrés à travers huit Etats du pays", a fait savoir une plate-forme d'associations indépendantes pour défendre la bonne gouvernance appelée Situation Room. 

Dans ce pays de 190 millions d'habitants, où les violences sont quotidiennes, notamment en période électorale, ce chiffre reste relativement faible et le scrutin s'est tenu dans un calme relatif à travers le pays. 

Situation Room rapporte des incidents à Lagos, la capitale économique, où les électeurs ont été empêchés de voter dans certains bureaux et où des voyous ont mis le feu aux bulletins de vote et aux urnes. 

Dans l'Etat de Rivers (sud-est), réputé pour son taux élevé de violence et de criminalité, des hommes armés ont abattu un homme politique local, membre du Congrès des progressistes (APC, au pouvoir) ainsi que son frère. 

Des bâtons de dynamite ont été lancés à travers la ville au moment de l'ouverture des bureaux de vote pour effrayer les électeurs, sans faire de victime. Le porte-parole de la police locale a fait état de quelques vols d'urnes et de matériel électoral. 

La durée du vote a été étendu dans certains des 36 Etats du pays après des problèmes logistiques, notamment avec les lecteurs de cartes électroniques. 

Le président sortant Muhammadu Buhari (APC) affronte son rival Atiku Abubakar (Parti populaire démocratique, PDP). 

Les deux camps se sont accusés d'avoir saboté le scrutin et de préparer des fraudes. 

Les violences électorales ont déjà fait 233 morts depuis octobre, selon le cabinet de surveillance SBM Intelligence. Et le Centre de communication et de crise nigérian (composé de représentants des agences de sécurité) a dressé une liste de 12 Etats foyers de violences potentielles. 

Aucune date n'a été donnée pour les résultats, mais ils sont annoncés en général dans les 48 heures suivant le scrutin.

AFP

Ses derniers articles: CAN-2019: Bounedjah, le réveil magique de la machine  CAN-2019: en fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après  CAN-2019: grande fierté et pointe de ressentiment chez les Français d'origine algérienne 

morts

AFP

Ethiopie: 4 morts dans les manifestations pour la création d'une nouvelle région

Ethiopie: 4 morts dans les manifestations pour la création d'une nouvelle région

AFP

Ebola en RDC: état d'urgence mondial, près de 1.700 morts

Ebola en RDC: état d'urgence mondial, près de 1.700 morts

AFP

Somalie: 26 morts dans l'attaque d'un hôtel de Kismayo par des shebab

Somalie: 26 morts dans l'attaque d'un hôtel de Kismayo par des shebab

violences

AFP

Violences post-électorales au Gabon: dix ans de prison requis contre un ancien deputé

Violences post-électorales au Gabon: dix ans de prison requis contre un ancien deputé

AFP

Soudan: un chef de la contestation craint plus de violences envers les manifestants

Soudan: un chef de la contestation craint plus de violences envers les manifestants

AFP

Violences au Bénin: "une crise des valeurs et de la pratique démocratique"

Violences au Bénin: "une crise des valeurs et de la pratique démocratique"