SlateAfrique

mis à jour le

Au Maroc, on vandalise des tombes pour voler du cuivre

En France, on connaissait le vol de cuivre sur les voies ferrées. Au Maroc, les voleurs de métaux vont plus loin et n’hésitent pas à saccager des tombes pour se remplir les poches.

Une dizaine de tombes du cimetière chrétien de Rabat ont ainsi été vandalisées, rapporte Yabiladi:

«L'un des jardiniers du cimetière a fait savoir, samedi dernier (25 août) à l’AFP qu’une dizaine de tombes avaient été récemment vandalisées par des inconnus qui ont brisé les dalles en ciment des tombes afin d’arracher les poignées en cuivre des cercueils, un métal précieux qui atteint aujourd’hui les 7600 dollars la tonne.»

Ce n’est pas la première fois que de tels actes de vandalisme se produisent au Maroc. Le cimetière chrétien d’El Hank à Casablanca a, lui aussi, été «visité» en juillet 2012.

Des actes qualifiés de «lamentables» par le président «d’une association de Français de Casablanca qui a souhaité garder l’anonymat».

Mais ce dernier se refuse à parler de profanation et préfère le terme vandalisme, «car aucune tombe n’a été déterrée et que l'intérieur des cercueils est resté intact».

De plus, il n'y voit là aucun sentiment anti-chrétien explique le site:

«Les familles ont vécu cela comme une seconde mort. Inquiètes, elles se sont également demandées si ces actes n’avaient pas de lien étroit avec l'arrivée du PJD au pouvoir qui aurait pu encourager des individus à commettre des actes anti-chrétiens au royaume. Le président de l’association de Français de Casablanca a tenté de les rassurer» en leur expliquant que ça n'était pas le cas.

Suite à ces vols, une enquête policière a été ouverte. Mais le président de cette association déplore la «lenteur des investigations»:

«Il souhaiterait que les autorités locales marocaines prennent plus au sérieux ces actes de vandalisme commis dans des cimetières chrétiens comme le font les autorités françaises lorsque des tombes musulmanes ou juives sont attaquées ou profanées», souligne Yabiladi.

Lu sur Yabiladi

 

A lire aussi

Au Maroc, Jésus n'est pas en odeur de sainteté

Le calvaire des Marocains chrétiens

Le chemin de croix des chrétiens d'Algérie