SlateAfrique

mis à jour le

Algérie: les ouvriers chinois sont-ils fiables?

Au moins six ponts écroulés en l’espace d’un an en Chine. Un chiffre inquiétant qui repose la question de la fiabilité des constructions chinoises à travers le monde. Notamment en Algérie, où l’importance des investissements chinois est un secret de polichinelle.

Autoroutes, immeubles, métro sont l’œuvre de sociétés chinoises dans le pys d'Abdelaziz Bouteflika.

Cette présence chinoise, parfois critiquée, souvent tournée en dérision, refait surface avec la publication des chiffres de ponts écroulés en Chine.

«L’effondrement d’un pont dans le nord-est de la Chine, vendredi 24 août, repose la question de la fiabilité des travaux réalisés par des entreprises chinoises en Chine ainsi que dans le reste du monde notamment en Algérie. A la mauvaise qualité du béton s’ajoutent des défaillances et des pratiques de corruption. Les projets réalisés par des Chinois en Algérie sont-ils vraiment viables?», s'interroge le site Chine Aujourd’hui le monde.

Le bilan est lourd: 3 morts et 5 blessés. Quatre camions ont littéralement plongé dans le vide avant de s’écraser sur le sol. 

Ces effondrements de ponts en série viennent s’ajouter à d’autres accidents mortels  comme le déraillement, en juillet 2011, d’un train qui a fait au moins 40 morts, rapporte le site Dernières nouvelles d’Algérie.

«La mauvaise qualité de la construction et la surcharge sont pointées du doigt par les médias chinois qui évoquent également des soupçons de corruption dans l’attribution de ce marché confié à la China Railway First Group Co», note le site Dernières nouvelles d’Algérie.

Une corruption dont l’Algérie ne serait pas exempte, selon Dernières nouvelles d’Algérie qui relaie l’existence de pots-de-vin entre des intermédiaires algériens et des sociétés chinoises pour que la construction de l’autoroute échoie à une entreprise chinoise.

A cela s’ajouterait des ratés: retard dans les délais, mauvaise qualité de la route…

Quid du monopole des groupes chinois sur les marchés attribués par le gouvernement depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir?

Des doutes sérieux pèsent sur la régularité des contrats passés entre le gouvernement et les sociétés chinoises.

Lu sur Dernières Nouvelles d'Algérie, Chine Aujourd'hui le monde

 

A lire aussi

L'Algérie, une province chinoise? 

La Chine premier partenaire de l'Afrique, une bonne nouvelle