SlateAfrique

mis à jour le

Clap de fin pour les Guignols made in Tunisia (VIDEO)

L’expérience aura été de courte
durée. Les Guignols tunisiens, diffusé par la chaîne Ettounsiya TV, n’auront duré qu’un mois.Un succès censuré, sur
lequel revient le quotidien français Le
Monde.
L’émission satirique de marionnettes tunisienne, calquée sur
sa grande sœur française, qui grime et croque l’actualité depuis 1988, vient
d’être déprogrammée, ou plutôt censurée.

Ce qu’affirme Mongi
Khadraoui, secrétaire général du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT):

 «Les autorités n'ont
pas apprécié la forme et le contenu du
programme».

Avant d’ajouter qu’il avait «appris auprès des sources au sein
de la chaine que la programmation des Guignols avait été arrêtée à la suite de
la pression indirecte des autorités.»

L’émission, qui caricature l’actualité
tunisienne et ses principaux protagonistes politiques, ne semble pas trouver
sa place dans la Tunisie d’Ennahda,
au même titre que l’humour.

Ce que confirment les récents
propos du ministre de la santé, Abdelatif Mekk.
Considérant que certaines émissions «dépassaient les bornes», ce dernier
avait fait la déclaration suivante:

«Il faut respecter les
symboles nationaux, le président de la République, le président du Parlement ou
le chef du gouvernement.»

Et,
pour s’en assurer, le nouveau gouvernement a eu recours aux bonnes vieilles
méthodes: nominations directes de proches à la tête des médias, et repasser
certains groupes sous le giron de l’Etat.

A
l’image de Cactus production, qui produit les guignols tunisiens, comme
l’affirme le site d’information belge
7sur7
:

«Cactus production,
producteur de l'émission, est sous le contrôle de l'Etat. Difficile dans ces
conditions de s'émanciper d'un pouvoir qui tente de plus en plus de contrôler
les médias publics. À titre d'exemple, plusieurs nominations à la direction de
chaînes de télévision, de stations de radio ou de journaux ont fait scandale

Vidéo (disponible sur le site
du Monde) :

 

 Lu sur 7sur7, Le Monde


A lire aussi:

Ennahda veut punir l’atteinte
au sacré

Le rêve brisé des printemps
arabes

Tunisie - Grève des éditoriaux
pour obtenir une presse indépendante

Ça va, la Tunisie n'est pas
devenue l'Afghanistan!