SlateAfrique

mis à jour le

Pour Jacob Zuma, le célibat n'est pas bon pour la femme! Sérieusement?

Jacob Zuma aurait dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. En plein conflit avec les mineurs, qui a causé la mort de trente-six personnes, le président sud-africain aurait pu économiser sa salive.

Son interview télévisée, dont The Guardian se fait écho, n’a pas amélioré sa cote de popularité. Avec tout le sérieux du monde, le président y a tenu ses propos:

 «Je sais qu’aujourd’hui les gens pense que le célibat n’est pas un problème. En fait, ce n’est pas bien. C’est une distorsion. Avoir des enfants est obligatoire. Les enfants sont la chose la plus importante pour une femme. Car les enfants donnent aux femmes une compétence supplémentaire, être mère.»

Une sortie qui a provoqué l’ire de nombreuses femmes. A l’image de la très populaire animatrice de radio, Redi Tlhabi. La journaliste s’est fendue d’un tweet pour répondre au Président:

 

 

*«Zuma dit qu’être célibataire (4 femmes) et c’est bien que les femmes aient des enfants car cela leur donne une compétence supplémentaire. Joyeux mois de la femme, mesdames».

Ses propos suscitent d’autant plus la colère des Sud-Africains que le pays célèbre en ce moment même «le mois de la femme». Etrange façon de mettre à l’honneur la moitié de l’humanité.

Les levées de bouclier sont nombreuses. Des critiques émanent de toutes les franges de la société sud-africaine, au moment où le président est en proie à d’autres contestations, au sujet de la gestion du conflit minier.

Il faut dire que Jacob Zuma est spécialiste de ces sorties sexistes. Polygame assumé et fervent défenseur des «traditions», le président sud-africain a quatre femmes et environ vingt enfants.

Et ses frasques et son «amour des femmes» ont failli lui coûter cher. En 2006, il avait été acquitté des charges de viol qui l’accablait.

Lu sur The Guardian

 

A lire aussi:

Afrique du Sud: la polygamie de nouveau tendance?

L'avenir de Jacob Zuma incertain, après le massacre de Marikana

Zuma nu, un portrait qui en dit long sur l’Afrique du Sud

La polygamie redevient «in» en Afrique