mis à jour le

Soudan du Sud: l'opposant Lam Akol rentre

L'opposant sud-soudanais Lam Akol, critique de longue date du président Salva Kiir, est rentré jeudi à Juba pour accélérer la mise en ½uvre de l'accord de paix de septembre 2018, qui a pris beaucoup de retard.

M. Akol, ancien ministre de l'Agriculture et de la Sécurité alimentaire pendant quelques mois dans le gouvernement d'unité nationale créé en avril 2016, avait fui Juba en août de la même année après des combats meurtriers dans la capitale entre troupes gouvernementales et rebelles.

Ces combats, du 8 au 11 juillet 2016, avaient coïncidé avec le cinquième anniversaire de l'accession à l'indépendance du pays et surtout signifié l'échec de l'accord de paix signé en août 2015 pour mettre fin à la guerre civile.

Lam Akol, qui fut le seul adversaire de Salva Kiir à la présidentielle de 2010, un an avant l'indépendance, avait après sa fuite créé son propre mouvement rebelle, le Mouvement national démocratique (NDM).

Il est l'un des signataires de l'accord de paix de septembre 2018, et a expliqué être rentré à Juba pour aider à "accélérer" sa mise en application.

"Si l'accord est strictement appliqué, tous les dirigeants de l'opposition sont censés être ici (dans la capitale) en mai", a-t-il déclaré à la presse après avoir atterri à l'aéroport international de Juba.

M. Akol a affirmé être revenu pour lancer au peuple un message "essentiel et primordial" disant que leurs dirigeants sont en place et prêts à faire avancer le processus de paix.

L'opposant n'a toutefois pas précisé combien de temps il resterait à Juba.

La semaine passée, l'émissaire de l'ONU au Soudan du Sud, David Shearer, avait assuré que le principal dirigeant rebelle, Riek Machar, reviendrait en mai dans la capitale pour y devenir l'un des cinq vice-présidents du pays, conformément à l'accord de paix.

MM. Machar et Akol étaient tous les deux brièvement rentrés à Juba en octobre pour célébrer la signature de l'accord, avant de retourner à Khartoum pour des raisons de sécurité.

Lam Akol a estimé que plusieurs des initiatives contenues dans l'accord de paix avaient "pris du retard". "Nous espérons que nous pourrons accélérer les choses, afin de remplir notre mission de pré-transition dans les huit mois", a-t-il ajouté.

Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013, lorsque le président Kiir, un Dinka, a accusé M. Machar, son ancien vice-président, de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État.

Le conflit, marqué par des atrocités à caractère ethnique et le recours au viol comme arme de guerre, a fait plus de 380.000 morts selon une étude récente, et poussé plus de quatre millions de Sud-soudanais, soit près d'un tiers de la population, à quitter leurs foyers.

AFP

Ses derniers articles: En Algérie, l'armée dit "non" aux principales demandes de la contestation  RDC: Tshisekedi nomme un Premier ministre proposé par Kabila, retour triomphal de Katumbi  Mauvais présage en Libye, les armes continuent d'affluer 

Juba

AFP

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar

AFP

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar doit revenir mercredi

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar doit revenir mercredi

AFP

De Juba

De Juba

Soudan

AFP

Reprise prévue dimanche au Soudan des discussions sur la transition

Reprise prévue dimanche au Soudan des discussions sur la transition

AFP

Dans l'ombre du conflit armé au Soudan du Sud, la guerre du bétail

Dans l'ombre du conflit armé au Soudan du Sud, la guerre du bétail

AFP

Un mois après l'éviction de Béchir, le Soudan loin d'un pouvoir civil

Un mois après l'éviction de Béchir, le Soudan loin d'un pouvoir civil