SlateAfrique

mis à jour le

Gambie - Yahya Jammeh veut que tous les condamnés à mort soient exécutés

Le président gambien Yahya Jammeh a eu une drôle de façon de souhaiter une bonne fin de ramadan à ses concitoyens. Lors d’une déclaration à la nation à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, il a notamment eu une petite pensée pour les condamnés à mort:

«Vers le milieu du mois prochain, toutes les condamnations à mort seront exécutées à la lettre. Il n’est pas question que mon gouvernement permette que 99% de la population soit prise en otage par des criminels.»

Un message qui a été diffusé en boucle à la télévision précise RFI qui rappelle également que cela concernerait «47 personnes, dont d'anciens responsables sécuritaires».

Ce n’est pas la première fois que le président Jammeh s’illustre par ses propos qu’on pourrait qualifier se farfelues s’ils n’étaient pas aussi sérieux. En 2008, il avait notamment menacé de couper la tête aux homosexuels, coupables de propager le vice selon lui. Mais, grand seigneur, il leur avait toutefois laissé 24 heures pour s’échapper. Si l’annonce n’a pas été suivie de faits, être homosexuel en Gambie reste très dangereux.

Concernant les prisonniers, le dictateur passera-t-il à l’acte? Pour RFI n’est moins sûr :

«Plusieurs observateurs joints par RFI estiment cependant que cette déclaration ne sera pas suivie des faits. Les conditions économiques et sociales ne lui permettent pas d’appliquer cette mesure, explique l’une de ces sources, pour qui la pauvreté et le chômage constituent des ferments de contestation du régime en place.»

Affaire à suivre.

Lu sur RFI

 

A lire aussi

L'étrange Ubu de Banjul

Yahya Jammeh, la bête noire des homosexuels gambiens

Aux racines de l'homophobie