mis à jour le

Cameroun: la détention de l'opposant Kamto est "illégale", dénonce son avocat

La détention du principal opposant camerounais Maurice Kamto, arrêté fin janvier après des manifestations de ses partisans pour dénoncer les "fraudes" à la présidentielle d'octobre 2018, est "illégale", a dénoncé mercredi son avocat.

"L'arrestation (de M. Kamto) était illégale. Sa garde à vue l'est aussi", a affirmé à l'AFP l'avocat, Sylvain Souop, qui demande "que M. Kamto et tous les autres soient libérés".

Fin janvier, le préfet du département du Mfoundi, où se trouve la capitale Yaoundé, a signé une décision ordonnant une garde à vue administrative M. Kamto, renouvelable 15 jours.

Aucune copie de cette décision n'a été notifiée à l'opposant, selon son avocat, pour qui cette absence de notification "est une violation de la loi".

De plus, estime Me Souop, une décision administrative ne se justifie pas dans une procédure pénale.

M. Kamto, arrivé deuxième à la présidentielle d'octobre, loin derrière le président Paul Biya au pouvoir depuis 36 ans, conteste les résultats officiels, parlant de "hold-up électoral".

Il a été interpellé le 28 janvier dans la capitale économique Douala, puis transféré à Yaoundé.

Depuis, il est gardé à vue au Groupement spécial d'opérations (GSO), une unité d'élite de la police, où il dort sur "un matelas jeté à même le sol", cohabitant "avec des souris", selon Me Souop.

Sa dernière audition remonte à vendredi, l'opposant faisant l'objet d'une enquête pour huit infractions dont "rébellion" et "incitation à l'insurrection".

Le 26 janvier, des militants du parti de M. Kamto, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), avaient manifesté dans plusieurs villes camerounaises pour protester contre le "hold-up électoral" opéré selon eux lors de la présidentielle.

Ces manifestations avaient été réprimées par la police et au moins six manifestants avaient été blessés.

Selon le MRC, 200 personnes arrêtées après ces manifestations sont toujours détenues à Yaoundé.

"Est-ce que le fait de marcher peut vous valoir une détention?", s'est interrogé Me Souop. "Un jour, on va vous arrêter dans ce pays parce que vous avez respiré. C'est une dictature", a-t-il regretté.

Certaines personnes arrêtées, dont Alain Fogué, trésorier du parti, ont entamé une grève de la faim il y a une semaine.

Parmi les autres gardés à vue figure un jeune militant du MRC, Gaëtan Ngankam. Une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux montre un policier lui tirer dessus avec ce qui semble être une balle en caoutchouc, avant de lui intimer l'ordre de se lever et de marcher.

AFP

Ses derniers articles: Bissau: l'ex-Premier ministre Pereira candidat du parti majoritaire  Sénégal: décès du ministre Amath Dansokho, ex-figure majeure de l'opposition  Tunisie: Nabil Karoui, figure controversée des médias 

avocat

AFP

Prix Nobel: Mukwege docteur et avocat des fillettes violées de Kavumu

Prix Nobel: Mukwege docteur et avocat des fillettes violées de Kavumu

AFP

Côte d'Ivoire: Simone Gbagbo "sera libérée mercredi", selon son avocat

Côte d'Ivoire: Simone Gbagbo "sera libérée mercredi", selon son avocat

AFP

Côte d'Ivoire: la révision des listes "entachée d’irrégularités", dénonce un avocat

Côte d'Ivoire: la révision des listes "entachée d’irrégularités", dénonce un avocat

détention

AFP

Algérie: l'ancien chef du parti au pouvoir placé en détention préventive

Algérie: l'ancien chef du parti au pouvoir placé en détention préventive

AFP

Kenya: un député en détention pour avoir frappé une collègue

Kenya: un député en détention pour avoir frappé une collègue

AFP

Algérie: un nouvel homme d'affaires puissant placé en détention

Algérie: un nouvel homme d'affaires puissant placé en détention