SlateAfrique

mis à jour le

RDC: le gouvernement fantôme du M23, un chantage de plus?

 Chantage, maintien de la pression sur les négociations à l’est de la République démocratique du Congo ou réelle action politique du M23?

La rébellion du M23 vient de se doter d’un «cabinet politique constitué d’un secrétaire exécutif, de dix chefs de départements et dix adjoints. Selon le communiqué officiel de ce mouvement signé le 17 août, les chefs de départements ont pour mission d’assurer la gestion quotidienne du mouvement», rapporte Radio Okapi.

«Une structure qui a tout l'air d'un gouvernement», note encore le site Congo365.com, où les ministres sont appelés chefs de départements.

La structure politique du M23, son gouvernement, est créé alors que les négociations sont en cours pour le déploiement d’une force neutre à la frontière entre le Rwanda et la RDC pour lutter contre cette rébellion qui reçoit des appuis extérieurs, selon le rapport des experts de l’ONU.

«Certains analystes politiques estiment que ce nouvel acte politique du M23 foule au pied le processus amorcé par la Conférence internationale sur la région des Grands-lacs (CIRGL) pour faire cesser la guerre dans l’est de la RDC», poursuit Radio Okapi.

Pour le gouvernement congolais, cet acte est réellement un non-événement, comme l'observe Lambert Mende, porte-parole du gouvernement:

«Ce que les petits excités du M23 font pour faire plaisir à leur maître ne nous impressionne pas. La réalité est à Kigali et nous nous adressons à la réalité.» 

Avant cette structure politique, le M23 avait installé, le 4 août, ses administrateurs dans le territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu.

«Il s’agit des comités locaux de sécurité constitués des cadres de base, des autorités coutumières locales ainsi que des leaders des communautés, dont la mission est de veiller à la sécurité des populations et d’expédier les affaires courantes», poursuit la radio onusienne. 

Ce pas de plus que pose le M23, risque de tendre davantage le climat des négociations en cours pour mettre fin aux différentes rébellions encore actives dans le pays.

Sur le plan militaire, le gouvernement congolais peine à neutraliser le M23, et les mutins gardent encore espoir de marcher sur la ville Goma.

Lu sur Radio Okapi et Congo365.com

 

RDC: le M23, vraie rébellion ou poudre aux yeux?

Le Congo-Kinshasa n'a jamais été une priorité pour Obama

Et si l'Occident était en train de lâcher Kagame?

Les Congolais sont à plaindre, mais pas Kabila