mis à jour le

L'intérieur de la cabine du Boeing Dreamliner d'Ethiopian Airlines, le 17 août 2012. JENNY VAUGHAN/AFP
L'intérieur de la cabine du Boeing Dreamliner d'Ethiopian Airlines, le 17 août 2012. JENNY VAUGHAN/AFP

Quand Ethiopian Airlines nargue les grands transporteurs aériens

La compagnie aérienne éthiopienne s’est dotée de son premier Boeing 787, dit Dreamliner. L’engin serait «technologiquement le plus avancé au monde». Une première en Afrique.

La fanfare a soufflé son premier coup de trompette un peu en avance. Le tout nouveau Boeing 787-800 Dreamliner, siglé Ethiopian Airlines, venait à peine de se poser, là-bas, de l’autre côté de la piste.

Peu importe, au son du cuivre, plus un journaliste ni aucun personnel de la compagnie aérienne éthiopienne ne semblait prêt à suivre les règles élémentaires de sécurité sur un aéroport.

En quelques minutes, la piste a été prise d’assaut pour saluer l’arrivée de l’engin. Et peu importe qu’il pleuve comme vache qui pisse. 

L’excitation était à la hauteur de l’événement: l’Ethiopie est devenue le second pays, après le Japon, à se doter du dernier bijou de Boeing.

Voici des semaines que la télévision nationale ainsi que la radio et les journaux, en rappelaient l’importance.

«Cela montre les progrès que nous faisons, en tant qu’Africains… Nous rivalisons au niveau global et nous changeons notre image», dira plus tard, dans la moiteur d’un salon VIP de l’aéroport d’Addis Abeba bondé de journalistes et d’officiels, le PDG de la compagnie aérienne, Tewolde Gebremariam.

Diantre, rien de moins! Que vaut donc un tel satisfecit?

Dans le ciel des grands

De fait, en prenant livraison, quelques jours plus tôt aux Etats-Unis, du premier des dix engins commandés à Boeing, Ethiopian Airlines franchissait un cap. Et venait narguer les grands opérateurs du transport aérien.

Autoproclamée la «compagnie aérienne à la croissance la plus rapide en Afrique», l’entreprise nationale est entrée dans la cour des grands.

Pour l’heure, seul le Japon (Japan Airlines and All Nippon Airways) ont intégré le Boeing 787 à leur flotte.

Coût de la facture, pour la compagnie d’Addis Abeba: environ 168 millions d’euros pièce. Un prix que les acheteurs paient rarement, d’autant qu’Ethiopian Airlines figurent parmi les premiers clients de Being pour le 787.

Côté technique, cet avion présente un certain nombre d’avantages pour les compagnies aériennes.

Construit à grand renfort de matériaux composites qui l’allègent de précieuses centaines de kilos, le Dreamliner consommerait 20% de carburant de moins que des avions de même gabarit.

A l’heure où le kérosène coûte un bras et où l’aviation est pointée du doigt pour ses forts rejets de gaz à effet de serre, le détail a son importance.

L’autre avantage, pour Ethiopian, est la similitude des équipements du 787 avec son petit frère, le 777.

Ceci autorise les pilotes de passer de l’un à l’autre sans avoir à décrocher une licence supplémentaire.

Sachant que la formation d’un équipage peut coûter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Pas sûr qu’Ethiopian ait pu s’offrir ce luxe.

«C’est le premier avion de taille moyenne capable de voler sur de longues distances, permettant ainsi aux compagnies aériennes d’ouvrir de nouvelles routes sans escales, préférence des passagers», précise Boeing sur son site Internet.

Objectif: conquérir le monde

La compagnie éthiopienne, qui relie déjà Addis Abeba à 86 villes dans le monde, a d’ailleurs déjà annoncé que l’engin desservira un certain nombre de villes majeures en Afrique (Mombassa, Harare, Lusaka, Nairobi, Entebbe, Lagos, Johannesburg, Abuja, Malabo, Douala, Lomé, Accra, Maputo, Luanda), mais aussi Dubai, Mumbai, Rome, Londres et Franckfort.

Côté passagers, le 787 de Boeing offre «un confort supérieur, avec une réduction significative du bruit, un niveau d’humidité plus haut, les plus grands hublots dans le ciel et un système d’éclairage unique», d’après Ethiopian Airlines.

Dans un communiqué de presse, Ethiopian Airlines n’y allait pas par quatre chemins: la compagnie est «la première au monde, mis à part le Japon et en avance sur toutes les compagnies en Amérique, en Europe et au Moyen-Orient, à utiliser le Dreamliner, l’avion commercial technologiquement le plus avancé au monde».

Après tout, pourquoi se priver d’un tel passage de cirage à reluire? Dans l’euphorie du moment, plus personne ne semblait en tenir rigueur à Boeing pour les trois années de retard sur la livraison.

Hélas, ceci ne suffit pas à rassasier l’appétit de croissance et de développement du gouvernement éthiopien.

Dernier orateur dans le salon VIP de l’aéroport d’Addis Abeba, le 17 août, le Vice-Premier ministre, Haile Mariam Desalegne, a été très clair: il faut maintenant faire mieux.

«Cette réussite est remarque étant donnée le très mauvais contexte de l’industrie aérienne. Mais mon peuple et mon gouvernement attendent qu’Ethiopian airlines soit l’une des meilleures compagnies aériennes au monde, pas seulement en Afrique.»

Pour les réjouissances, on repassera.

C’est que le gouvernement éthiopien a des ambitions, parfois peu réalistes. En ligne de mire: l’intégration, en 2025, du club des pays à revenus intermédiaires, au même titre de l’Afrique du Sud et la Tunisie.

En théorie, sa croissance peut le lui permettre. Elle est de 11% d’après le gouvernement, de 7%, selon le Fonds monétaire international. Reste à transformer les chiffres en réalité sur le terrain.

Quoiqu’il en soit, la compagnie aérienne nationale semble avoir le vent en poupe.

Vincent Defait

 

A lire aussi

Le décollage de l'Afrique passe aussi par les aéroports

Au Nigeria, les avions peinent à décoller

Le top 4 des aéroports africains qui décollent

Les 10 économies africaines qui montent


Vincent Defait

Vincent Defait est un journaliste installé à Addis Abeba, en Ethiopie.

Ses derniers articles: L'Ethiopie prend son envol 

Addis Abeba

Emergence

Les villes africaines qui vont compter

Les villes africaines qui vont compter

Back to Africa

Haïti et ses rêves d'africanité

Haïti et ses rêves d'africanité

CPI

Expliquez-nous pourquoi la justice internationale ne vise que les Africains

Expliquez-nous pourquoi la justice internationale ne vise que les Africains

aéroports

Neila Latrous

Encore plus de sécurité pour les aéroports en Algérie

Encore plus de sécurité pour les aéroports en Algérie

email@domain.com (Author Name)

Tunisie-Santé : 4 cas de paludisme des aéroports détectés à Tunis

Tunisie-Santé : 4 cas de paludisme des aéroports détectés à Tunis

MAP

Aéroports du Maroc: croissance de 14 % du trafic aérien en mai 2013

Aéroports du Maroc: croissance de 14 % du trafic aérien en mai 2013

avions

Djamila Ould Khettab

Air Algérie renforce sa flotte par 16 avions

Air Algérie renforce sa flotte par 16 avions

Amina Boumazza

Les avions d’Air Algérie bientôt équipés de moteurs Rolls Royce ?

Les avions d’Air Algérie bientôt équipés de moteurs Rolls Royce ?

Abdou Semmar

Algérie : la mort pour les cancéreux, des avions et des billets pour les supporters

Algérie : la mort pour les cancéreux, des avions et des billets pour les supporters