mis à jour le

Koffi Olomide (au centre) et son épouse  Aliane Olomide quittent la cour après le verdict, 16 août 2012, AFP/JUNIOR KHANNA
Koffi Olomide (au centre) et son épouse Aliane Olomide quittent la cour après le verdict, 16 août 2012, AFP/JUNIOR KHANNA

RDC: le jour où Koffi Olomidé a été condamné

Le célèbre chanteur congolais a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour coups et blessures volontaires sur son producteur. Reportage.

Jeudi 16 août 2012, 09h00. A l’entrée du tribunal de paix de la Gombe, une commune de Kinshasa, des photocopieurs attendent les premiers clients. Peu avant, une radio a diffusé un flash info:

Koffi Olomidé est notamment jugé pour «coups et blessures volontaires» sur son producteur Diego «Music» Lubaki, un Congolais résidant à Paris qui lui devait plusieurs milliers d’euros.

«Nul ne peut se faire justice à soi-même»

«S’il y a eu coups et blessures, il faut que cela puisse se matérialiser», tranche Pierrot, un avocat stagiaire. Puis il oublie le droit, se livre corps et âme.

«Mon souhait est qu’il ne soit pas condamné, sinon cela va laisser un vide. Ses activités seront bloquées, il ne sera plus sur scène… Or, c’est quelqu’un qui nous console vraiment de notre stress quotidien.»

Dans la même salle où Koffi Olomidé a comparu la veille, le secrétaire d’un cabinet d’avocats patiente en attendant de donner une procuration pour une autre affaire. Dominique n’a que faire du procès de l’artiste, qui reprend dans la matinée:

«Des histoires de ce genre avec Koffi, ce n’est pas la première fois que ça se passe. Ce n’est pas bien! On doit toujours passer par la voie amiable pour s’entendre plutôt que d’en venir aux mains, aux coups.»

Dominique a surtout été marqué par le tabassage, il y a quelques années, d’un caméraman de la chaîne RTG@ imputé aux gardes du corps du chanteur. Jimmy, qui va lui assister au procès, s’en souvient aussi:

«Nul ne peut se faire justice à soi-même. C’est la justice qui a la violence légitime...»

Un prévenu confiant

Après une nuit de détention préventive, la star internationale se présente, accompagnée d’une quinzaine d’avocats. Apparence: sereine, confiante, détendue même. L’accusation arrive en retard… et sans son client.

«Il a eu le temps de réfléchir mûrement seul devant sa conscience. (...) Il a souhaité se désister pour privilégier la paix sociale et rétablir la paix entre lui et celui qu'il appelle son "grand frère" depuis ce matin», justifie l'un de ses avocats.

«Le tribunal va en tirer les conséquences. Vous pouvez vous retirer, merci», déclare le juge. Le défenseur s’exécute avec sa poignée de confrères.

L’accusé «mérite un châtiment qui est dû à son rang.»

L’avis du procureur? Poursuivre la procédure, car «Koffi Olomidé a plusieurs fois échappé aux filets de la justice.»

Le prévenu, ajoute-il, «est le port étendard de la République démocratique du Congo, le port étendard de la démocratie en dehors de la République démocratique du Congo. (…) La société lui donne beaucoup, il doit donner beaucoup à la société. (…) Le comportement de Koffi Olomidé a un impact terrible sur la société, sur la jeunesse. Il doit mériter un châtiment qui est dû à son rang.»

Son réquisitoire: la peine maximale pour les «coups et blessures», soit 6 mois de prison et 100.000 francs congolais d’amende (environ 88 euros), et l’acquittement pour l’endommagement de la porte de la chambre d’hôtel où Koffi Olomidé est accusé d’avoir donné des «coups de poings» à Diego Lubaki.

«Ayez la certitude de mon innocence»

La moitié des avocats de la défense prend tour à tour la parole. Ils estiment que la blessure du plaignant est «invisible à l’œil nu», qu’il faut un «microscope» pour la voir. Ils dénoncent un «acharnement» du ministère public, selon qui il faudrait «sévir» sous prétexte que Koffi Olomidé est une «grande star.»

Deux toges noires avancent qu’il y a eu «légitime défense» et «échange de coups», sous-entendant que l’artiste et le producteur sont à parts égales coupables de coups et blessures —un argumentaire qui fragilise la plaidoirie, axée sur le fait qu’aucun des témoins n’a spécifiquement vu leur client frapper Diego Lubaki.

Pour sa part, Koffi Olomidé décèle «non seulement un acharnement mais une espèce de haine» du procureur à son encontre.

«Il a dit qu’il n’avait pas de certitude, mais avait fait des déductions», dit-il en substance dans son dernier message à la cour.

«Je suis innocent. (...) Je voudrais que vous ayez une certitude, celle de mon innocence», conclut-il.

Sursis

Verdict. Le tribunal de paix a «établi en fait et en droit l'infraction de coups et blessures volontaires (…) et le condamne à une servitude pénale de trois mois, assortie d'un sursis de trois mois», explique le juge.

La salle bondée se remplit de cris, de sifflets… Bousculade, embrassades…

Vainqueur, l’ex-prévenu brandit sa casquette tel un trophée. Et il sourit, beaucoup, avant de sortir au ralenti, freiné par la masse. Pas de déclaration à la presse. «Rambo! Rambo!», hurlent des fans.

«Je suis très contente», lâche tout sourire Daya, une Sénégalaise installée en RDC et fan de Koffi Olomidé depuis 25 ans. Aurait-elle préféré un acquittement? «Oh, ça va comme ça!»

L’un des avocats, lui, ne voit pas les choses sous cet angle.

«Vu l’état du dossier, en principe, c’était l’acquittement. Nous allons conférer avec le client (…). S’il n’acquisse pas [le verdict], il va user de ses voies de recours.»

Pendant que la vedette quitte le tribunal sous les ovations, d’autres se désolent: pour eux, un tour en prison aurait été une bonne leçon.

Habibou Bangré, à Kinshasa

A lire aussi

Kinshasa - Pourquoi Koffi Olomidé a été condamné à trois mois de prison

RDC - Pourquoi Koffi Olomide a frappé son producteur

RDC - La star congolaise Koffi Olomidé rattrapée par la justice française

Habibou Bangré

Habibou Bangré. Journaliste, spécialiste de l'Afrique. Elle collabore notamment avec The Root.

Ses derniers articles: Moave, la farine fortifiée qui combat l'anémie  Le Cap-Vert a soif d'eau  Les Kinois ont le blues 

acquittement

Med Aziz Ben Mustapha

L’Eco-Revue: Fuite des capitaux, acquittement des corrompus et réserves en devises en baisse dangereuse

L’Eco-Revue: Fuite des capitaux, acquittement des corrompus et réserves en devises en baisse dangereuse

Actualités

Tunisie : acquittement du doyen de faculté accusé d'agression envers 2 étudiantes

Tunisie : acquittement du doyen de faculté accusé d'agression envers 2 étudiantes

avocat

AFP

Avocat français enlevé

Avocat français enlevé

AFP

Le nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo, un avocat libéral et persévérant

Le nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo, un avocat libéral et persévérant

AFP

Kenya: quatre policiers inculpés pour le meurtre de trois hommes, dont un avocat

Kenya: quatre policiers inculpés pour le meurtre de trois hommes, dont un avocat

Diego Lubaki

RDC

Devait-on condamner Koffi Olomidé?

Devait-on condamner Koffi Olomidé?