mis à jour le

RDC: Tshisekedi rassure les forces de sécurité installées par Kabila

Le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi a rendu visite lundi aux militaires de la garde présidentielle confirmant sa volonté de rassurer l'appareil sécuritaire légué par son prédécesseur Joseph Kabila.

"N'ayez peur de rien. Vous êtes entre de bonnes mains, votre commandant suprême sera bienveillant envers vous comme son prédécesseur (Joseph Kabila)", a déclaré le premier président congolais issu d'une alternance pacifique à plusieurs centaines de militaires et leurs dépendants dans un camp militaire de Kinshasa.

"J'avais promis d'améliorer les conditions sociales des militaires. Je suis venu visiter le camp Tshatshi pour voir comment les soldats et leurs familles sont soignés afin d'améliorer (leur sort)", a-t-il indiqué, sous les applaudissements et des cris de joie des épouses et des enfants des militaires, rappelant l'une de ses promesses de campagne.

"Je vais vérifier la ration, comment mangent et dorment les militaires et leurs enfants. Ce qu'il faut améliorer dans l'école des enfants", a détaillé M. Tshisekedi, issu du parti historique de l'opposition Union pour la démocratique et le progrès social (UDPS).

Sans expérience militaire ni sécuritaire, M. Tshisekedi a donné d'autres gages à l'appareil sécuritaire mis en place par son prédécesseur, qui a visé plus d'une fois dans le passé des militants de l'UDPS.

M. Tshisekedi a nommé par ordonnance François Beya au poste de conseiller spécial en matière de sécurité à la présidence.

Patron de la Direction générale des migrations (DGM) pendant douze ans, ce professionnel du renseignement a travaillé avec les deux précédents présidents Kabila père et fils.

Le nouveau chef de l'Etat avait rencontré vendredi l'état-major de l'armée et les commandants des grandes unités ainsi que ceux de toutes les provinces.

Selon la Constitution congolaise, le président de la République est le président suprême des forces armées et préside le Conseil supérieur de défense.

Le président Félix Tshisekedi, proclamé élu par la Cour constitutionnelle le 20 janvier, a pris la succession de Joseph Kabila resté au pouvoir pendant 18 ans à l'issue des élections générales à un tour du 30 décembre.

Cette première alternance pacifique dans l'histoire de la RDC est contestée par l'autre opposant Martin Fayulu, qui revendique la victoire avec 61% des voix et dénonce  "putsch" électoral.

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: quatre agriculteurs tués dans une attaque de Boko Haram  Régions anglophones au Cameroun: au moins 5 personnes kidnappées, 80 autres dépuillées  Algérie: le camp Bouteflika se fissure, selon les analystes 

forces

AFP

Libye: les forces de Haftar contrôlent un important champ dans le sud

Libye: les forces de Haftar contrôlent un important champ dans le sud

AFP

Manifestations au Cameroun: "usage disproportionné de la force par les forces de sécurité", selon l'UE

Manifestations au Cameroun: "usage disproportionné de la force par les forces de sécurité", selon l'UE

AFP

Abus des forces de sécurité: Harare promet d'enquêter

Abus des forces de sécurité: Harare promet d'enquêter

Kabila

AFP

RDC: l'étau de Kabila se resserre sur Tshisekedi

RDC: l'étau de Kabila se resserre sur Tshisekedi

AFP

RDC: un mois après, Tshisekedi

RDC: un mois après, Tshisekedi

AFP

RDC: Kabila reprend sa famille politique en main

RDC: Kabila reprend sa famille politique en main

sécurité

AFP

Sahel: le conseil de sécurité de l'UA déplore le "terrorisme en progression"

Sahel: le conseil de sécurité de l'UA déplore le "terrorisme en progression"

AFP

Soudan: nouvelles manifestations, Béchir défend les forces de sécurité

Soudan: nouvelles manifestations, Béchir défend les forces de sécurité

AFP

Présidentielle au Nigeria: sécurité nationale et Boko Haram, l'échec de Buhari

Présidentielle au Nigeria: sécurité nationale et Boko Haram, l'échec de Buhari