mis à jour le

Soudan: un militant d'un parti au gouvernement mort en détention (famille)

Un militant d'un parti islamiste membre de la coalition au pouvoir au Soudan est mort en détention, quelques jours après avoir été arrêté pour ses liens avec les manifestations antigouvernementales qui secouent le pays depuis plus d'un mois, a indiqué samedi un proche.

Ahmed al-Kheir, un enseignant de 36 ans, était membre du Parti du congrès populaire (PCP), qui, malgré sa présence au gouvernement d'Omar el-Béchir, a réclamé une enquête sur la mort de manifestants. 

Il y a trois jours, deux agents des forces de sécurité ont emmené M. Kheir de son domicile, dans la ville de Khashm al-Girba, dans l'Etat de Kassala (est), a confié son oncle, Ahmed Abdelwahab, à l'AFP.

"Nous ne savions pas où ils l'avaient emmené, mais les agents des forces de sécurité ont dit à ce moment-là qu'il était l'un des organisateurs des manifestations", a poursuivi M. Abdelwahab.

Selon cet oncle, la famille a été informée de l'hospitalisation de M. Kheir à Kassala samedi matin, avant d'être orientée vers la morgue de la ville de Gadaref (est). 

"J'ai vu son corps là-bas. J'ai vu qu'il y avait des marques de coups sur son dos", a témoigné son oncle, précisant que la famille avait enterré le corps dans leur ville d'origine.

Sa mort a été confirmée par un comité de médecins lié à l'Association des professionnels soudanais, fer de lance de la contestation contre le président Béchir, qui dirige le Soudan d'une main de fer depuis un coup d'Etat soutenu par les islamistes en 1989.

La police et les forces de sécurité n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

Le Soudan, qui rencontre des difficultés économiques et fait régulièrement face à des pénuries, est secoué depuis le 19 décembre par des manifestations déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. 

Rapidement, le mouvement s'est transformé en contestation du pouvoir du président Béchir.

Trente personnes ont perdu la vie depuis le début du mouvement, selon un bilan officiel. Des ONG évoquent toutefois plus de 40 morts. 

Le PCP, fondé par le leader islamiste Hassan al-Tourabi, compte deux ministres d'état dans le gouvernement actuel et sept députés au Parlement.

Quelques jours après le début du mouvement de contestation contre Béchir, le parti avait appelé à une enquête sur les personnes tuées durant les protestations. 

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: quatre agriculteurs tués dans une attaque de Boko Haram  Régions anglophones au Cameroun: au moins 5 personnes kidnappées, 80 autres dépuillées  Algérie: le camp Bouteflika se fissure, selon les analystes 

détention

AFP

Soudan: manifestation contre la mort en détention d'un enseignant

Soudan: manifestation contre la mort en détention d'un enseignant

AFP

Soudan: rassemblements

Soudan: rassemblements

AFP

Cameroun: la détention de l'opposant Kamto est "illégale", dénonce son avocat

Cameroun: la détention de l'opposant Kamto est "illégale", dénonce son avocat

gouvernement

AFP

Soudan: nouvelle manifestation le jour de la prestation de serment du gouvernement

Soudan: nouvelle manifestation le jour de la prestation de serment du gouvernement

AFP

Soudan: formation d'un nouveau gouvernement pour s'atteler

Soudan: formation d'un nouveau gouvernement pour s'atteler

AFP

Algérie: le gouvernement prépare la présidentielle, le camp Bouteflika se fissure

Algérie: le gouvernement prépare la présidentielle, le camp Bouteflika se fissure

militant

AFP

Guinée équatoriale: un militant des droits de l'homme en résidence surveillée

Guinée équatoriale: un militant des droits de l'homme en résidence surveillée

AFP

Mali: le militant Ras Bath met fin

Mali: le militant Ras Bath met fin

AFP

Burundi: un militant des droits de l'homme condamné

Burundi: un militant des droits de l'homme condamné