SlateAfrique

mis à jour le

Un Marocain invente la Bourse halal

C’est assurément un trader pas comme les autres. Une sorte d’anti-Kerviel qui vient de faire sensation à Los Angeles en présentant une innovation qui va ravir les investisseurs attachés aux préceptes de l’Islam: un logiciel entièrement automatisé qui permet d’exécuter des opérations en Bourse 100% compatibles avec la Charia.

«La Charia trading concerne les opérations réalisables sur les marchés financiers tout en respectant les principes de base de la Charia», explique L’Economiste qui rapporte comment Mostafa Belkhayate, ce surdoué de la finance, s’est imposé face à ses compétiteurs lors d’un concours de Charia trading organisé aux Etats-Unis.

Son programme a la capacité de contourner les interdits islamiques, en particulier la prise d’intérêts (riba), les transactions sur les produits proscrits (haram) et la spéculation sauvage (mayssir).

«Pour la riba, explique Mostafa Belkhayate, à aucun moment l'argent piloté par mon programme ne peut bénéficier des intérêts, sous quelque forme que ce soit. Les fonds qui ne sont pas utilisés en trading restent cash, tandis que les montants importants sont investis temporairement dans des obligations purement islamiques», a-t-il ajouté.

Pour éviter le haram, il n'investit dans aucune société dont l'activité est prohibée par la Charia, telle que le commerce d'alcools, de porc, de tabacs et de drogues.

Enfin, pour prévenir le mayssir, le programme achète et vend exclusivement des matières premières comme l’or et le pétrole sur le marché au comptant. L’opération d'achat et de vente constitue une transaction commerciale qui ne passe ni par les marchés à terme, ni par les effets de levier basés sur le crédit et les marges.

«Pour ce spécialiste des marchés financiers, la Charia trading représente une activité qui pourrait valeureusement servir au développement du Maroc. Il est prêt à mettre en œuvre son savoir-faire dans son pays d’origine afin que ce dernier puisse bénéficier de ses découvertes», rapporte Yabiladi.

 

Lu sur L'Economiste et Yabiladi

 

A lire aussi

Dix raisons de croire que le Maroc pourrait devenir un émirat islamiste

Pourquoi le roi du Maroc veut se payer l'islam de France

Maroc - L'«ordre halal» est-il en marche