SlateAfrique

mis à jour le

Lâcherez vous votre .com pour un .africa?

C’est un petit point qui en dit long sur la croissance africaine. Dès le premier trimestre 2013, «l’univers numérique africain disposera de sa propre extension de nom de domaine à travers le .africa», affirme Ouestaf.

Koffi Fabrice Djossou est responsable délégué pour l’Afrique chez UniForum, compagnie sud-africaine sélectionnée par l’Union Africaine pour l’exécution du projet.

Ce dernier explique qu’il «est temps de travailler à la mise en place d’un Internet ouvert, vecteur d’informations de masse».

Lui, espère qu’internet apportera une «réponse à la réduction de la pauvreté sur le continent».

Le but, que les Africains s’emparent du web et favorisent l’émergence d’un marché de nom de domaines africains. Avec, à terme, un essor de la création de contenu et d’applications made in Africa.

Car si des extensions nationales existent, comme «.sn» pour le Sénégal, peu de personnes l’utilisent. Ce que démontre Ouestaf, chiffres à l’appui:

«Seuls 5.000 sites sénégalais utilisent leur extension nationale, entre 1.000 et 1.500 pour la Côte d’ivoire, 200 au Mali et 500 au Bénin

Mais le «.africa» tient aussi du symbole, celui de l’identité africaine. Un point sur lequel insiste Koffi Fabrice Djossou:

«Le ".africa" ne pourra exister sans les Africains, les Européens et les Asiatiques ont les leurs et l’Afrique doit être fière de promouvoir l’extension de son nom de domaine. (…) L’Afrique sera le plus grand marché dans l’avenir, politiquement nos Etats se sont engagés, maintenant c’est aux acteurs, aux entreprises privés comme publiques de faire leur part du travail, en faisant du ".africa", une identité africaine.»

Un projet, qui, à terme, espère concurrencer le «.com», qui domine largement le continent africain.

Lu sur Ouestaf

A lire aussi:

Comment le continent se connecte

Facebook, superstar au Nigeria

Afripedia ou comment consulter Wikipedia sans Internet

Un mari sur Internet, Inch’Allah