SlateAfrique

mis à jour le

Une Marocaine voilée traîne Mickey en justice (VIDEO)

Imane Bidlal, jeune marocaine résidant en
Californie, avait porté plainte en 2010 contre son célèbre employeur, la firme Walt
Disney
.

Son motif? La jeune femme serait victime de discrimination.
Elle accuse l’entreprise de porter atteinte à sa liberté religieuse.

Imane Bidlal vient d’obtenir le feu vert de la justice
américaine pour intenter un procès au créateur de Mickey.

«Tout a commencé en
2009, quand Imane décide de porter son hijab de manière permanente. Elle
demande à sa hiérarchie la possibilité d’aller au travail ainsi vêtue. Deux
mois plus tard, sa demande est rejetée, prétendument en raison des politiques
vestimentaires de Disney»
écrit Yabiladi,
qui relate les péripéties judiciaires de la jeune femme contre Disney.

En 2010, lorsque Imane Bidlal devient citoyenne américaine,
elle décide d’invoquer le premier amendement de la Constitution des Etats-Unis
qui, dit-elle, lui garantit l’exercice de son culte en toute liberté.

La jeune femme décide alors de porter le
hijab
au travail, arguant de l’arrivée du ramadan.
Un acte qui sera considéré par sa hiérarchie comme une violation aux règles
vestimentaires de l’entreprise.

«Ces derniers lui
proposent de porter un chapeau ou de travailler à un poste où elle serait à
l’abri des regards des clients»
raconte Yabiladi.

L’affaire fait grand bruit dans la presse américaine comme
le New
York Daily
News
qui publie sa photo avec ce drôle d’accoutrement: un hijab surmonté d’une
coiffe que l’on dirait sortie d’un western.

«Le chapeau tourne en
dérision ma religion et attire encore plus l'attention sur moi»,

déclare-t-elle à KTL
TV
(VIDEO), une télévision de Los Angeles.

De son côté, Disney affirme, d’après le Los
Angeles Times
, avoir offert toutes les options possibles à Imane Boudlal
pour répondre à ses croyances religieuses.

Ce n’est pas la première fois que Disney fait face à
l’intransigeance d’une de ses employés qui exigeait de porter le
voile
précise le Washington
Post
.

Le quotidien américain a sollicité l’avis d’un juriste, dont
le jugement est sans appel. Disney devait céder à la requête de ses employées,
comme le font la plupart des entreprises américaines, que ce soit pour les Musulmans
ou les Sikhs qui ne quittent jamais leur turban.

Aux Etats-Unis, la  laïcité
n’est pas inscrite dans la Constitution. Arborer des signes distinctifs
religieux avec ostentation y est considéré comme relevant des libertés
individuelles. Vidéo (sur KTLA.com): 

Lu sur Yabiladi,
New York Daily
, NewsKTL
TV

A lire aussi:

Mickey
et Minnie version islamiste au tribunal

Le
football en hijab continue à faire débat

«Le
ramadan, c'est pas qu'une affaire de bouffe!»