SlateAfrique

mis à jour le

RDC: le chanteur Koffi Olomide jugé à Kinshasa pour coups et blessures


Le chanteur congolais Koffi Olomide le 30 avril 2005 à Dakar AFP/Archives Seyllou

Le chanteur congolais Koffi Olomide a comparu mercredi soir devant un tribunal à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo sous l'accusation de coups et blessures volontaires sur son producteur, un compatriote habitant en France, a constaté l'AFP.

L'audience a été reportée après deux heures de débats à jeudi matin et le chanteur maintenu en détention. Koffi Olomidé aurait blessé cet homme, M. Diego Lubaki, dans un hôtel de luxe de Kinshasa et a été arrêté par la police alertée par une femme de chambre, témoin de l'altercation. Un autre témoin a affirmé que le plaignant "saignait de la bouche".

Selon un magistrat, interrogé sur place par l'AFP, le chanteur risque 6 mois de prison s'il est reconnu coupable de coups et blessures volontaires. Accusé également de "destruction méchante" pour le bris d'une porte, il risque pour cela 5 ans de détention, a expliqué le même magistrat.

Le chanteur - défendu par une quinzaine d'avocats - comparaît devant le tribunal de Paix de la Gombe en présence d'une foule nombreuse et le débat contradictoire se déroule en présence des parties, a constaté l'AFP.

Son adversaire, Diego Lubaki, habitant Château Rouge, un quartier de Paris accueillant une importante communauté africaine, a affirmé à l'AFP qu'il était le producteur de Koffi Olomide depuis 6 ans. "J'ai fait deux albums avec lui c'est la première fois que les choses se passent comme ça", a-t-il dit.

Cet homme, dont le visage ne porte aucune trace de coups, a également été interrogé par le tribunal ainsi qu'une femme de chambre. Le chanteur a évoqué une "dette qui dure trop" pour expliquer l'altercation qui s'est produite en milieu de matinée. Le plaignant a affirmé à l'AFP que cette dette s'élevait à 3.000 euros.

De nombreuses personnes se pressent également aux fenêtres du tribunal situé dans un quartier résidentiel de Kinshasa.

Koffi Olomidé, star de la "rumba congolaise", avait été mis en examen en février dernier à Nanterre, près de Paris, pour viols et séquestrations de trois ex-danseuses de son groupe. La première plainte datait de 2006 deux autres avaient été déposées en 2008, l'une des trois concernant une mineure selon son avocat, Me Manuel Aeschlimann.

La juge d'instruction avait saisi un juge des libertés et de la détention pour obtenir le placement en détention provisoire de M. Olomidé. Mais le chanteur était rentré en République démocratique du Congo (RDC), sans attendre la décision du magistrat sur ce point, avait alors expliqué son avocat.