SlateAfrique

mis à jour le

RDC - L’ancien ministre de la Justice critique le gouvernement sur la gestion du M23

Il faut du courage pour accuser le gouvernement de Kinshasa en République démocratique du Congo. Mwenze Kongolo, ancien ministre de la Justice du feu Laurent-Désiré Kabila l'a fait et  n’y est pas allé de main morte.

Mwenze Kongolo a fermement critiqué l'action du gouvernement de Kinshasa, dirigé par Kabila fils, face à la rébellion du M23. Selon lui, le pouvoir fait preuve d'une «une gestion calamiteuse» de cette crise:

«Il y a un complet manque de direction, manque de position, manque de déclaration forte, manque de condamnation d’un acte aussi odieux ! Cela frise la trahison», note Rfi.

Une prise de position rare de la part d'un ancien ministre. D’autant plus que de tels propos peuvent avoir des conséquences fâcheuses pour son auteur. Même les opposants au régime de Joseph Kabila ne se montrent pas toujours aussi offensifs.

Pour Mwenze Kongolo, la «trahison» ne s'arrête pas là. Elle se manifeste aussi par le manque de fermeté du gouvernement dans les récentes négociations à Kampala autour de la rébellion du M23. Le gouvernement a en effet retiré la plainte déposée par la RDC contre le Rwanda à La Haye.

«Après mon départ du ministère de la Justice, on a envoyé feu Honorius Kisimba (ancien ministre de la Justice, Ndlr) retirer cette plainte », a souligné l’ancien ministre de la Justice.

Mwenze Kongolo n’est par ailleurs pas d’accord avec la désignation du M23 comme étant une rébellion. C’est «la énième agression de la RDC par le Rwanda et l’Ouganda, sous couvert de la rébellion du M23, rapporte Radio Okapi. Des gens avaient signalé bien avant que les Rwandais étaient entrés chez nous. Le Gouvernement avait refusé cela. Il parlait de mutins et pendant longtemps, alors que nous tous nous disions que c’était Kagame qui [agissait] là».

Pour espérer trouver une issue à la crise congolaise, l’ancien compagnon de lutte de Laurent-Désiré Kabila «préconise une action diplomatique vigoureuse, particulièrement en direction des alliés du Rwanda, comme les Etats-Unis». Une façon de demander au gouvernement de Kinshasa de muscler son jeu.

En plus d’une diplomatie efficace, l’ancien ministre de la Justice recommande au gouvernement de prendre «en charge en bonne et due forme les militaires au front. Que ceux qui se battent arrivent à sentir que le Gouvernement est derrière eux !».

Lu sur Radio Okapi et Rfi

 

A lire aussi

La RDC, un pays rogné par ses voisins

RDC: le M23, vraie rébellion ou poudre aux yeux

Les Congolais sont à plaindre, pas Kabila