SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Les vendeurs à la sauvette se font du beurre sur le ramadan

Le ramadan, un business comme un autre. Le mois de jeûne fait le bonheur des vendeurs  sénégalais à la sauvette. Leur chiffre d’affaires grimpe pour ce mois festif.

Le site sénégalais Walfadjri va à l’encontre de ces Sénégalais qui tirent profit du ramadan.

Sur le bord de la route, un vieux monsieur de 60 ans vend des cure-dents et justifie même son business par sa présence dans le Coran.

«C’est une tradition du Prophète de se curer les dents tout le temps et avant chaque ablution. Ce que suivent certainement les jeûneurs durant la période du ramadan», renchérit-il.

Cheikh Tidiane Cissé, 50 ans, est propriétaire d’un magasin de librairie papeterie français-arabe au marché de Grand-Yoff. Il vend des exemplaires du Coran et des livres théologiques sur le livre sacrée. Le ramadan représente naturellement une période faste pour le libraire.

Pour avoir un ordre de prix, le Coran est vendu entre 2.000 (3 euros) et 15.000 francs CFA (22,5 euros), en fonction de leur volume.

Toutefois, il n’est pas bon de divulguer les profits engendrés grâce à Dieu. Le cheikh ne souhaite pas indiquer son chiffre d’affaires, rapporte le site sénégalais

D’autres sont plus diserts et parle d’un chiffre d’affaires quotidien pouvant s’élever à 40.000 francs CFA.

C’est le cas de Moustapha Pouye, un jeune marchand de voile de 24 ans. Depuis 2005, année à laquelle il ouvert son commerce, il remarque que le ramadan est le mois où il fait le plus de bénéfices. Chaque article est vendu entre 1000 (environ 1,5 euros) et 1500 francs CFA.

«C’est durant le ramadan que les femmes se couvrent plus la tête. C’est pour se purifier. Le foulard et le voile font partie de la religion», témoigne-t-il. 

D’après lui, les musulmanes doivent se couvrir la tête, gage de leur protection. Il souligne, connaisseur, que beaucoup de maladies viennent par la tête. Donc, «ce n’est pas seulement pendant le ramadan qu’il faut le faire», dit-il.

La communauté musulmane au Sénégal ou ailleurs vit le ramadan comme une fête familial et religieuse. L’occasion de retrouver une vie spirituelle, au grand bonheur des vendeurs à la sauvette!

Lu sur Walfadjri

A lire aussi

Dossier 1,2,3 jeûnez

Au Sénégal, tout le monde jeûne (ou pas)

Le ramadan ou le deuxième noël des commercants