mis à jour le

Une cinquantaine de manifestants ont envahi l'ambassade du Cameroun

Une cinquantaine de manifestants qui se présentaient comme des opposants au président camerounais Paul Biya ont envahi samedi soir l'ambassade du Cameroun à Paris, saccageant notamment des portraits du chef de l'Etat, selon des sources concordantes.

Vers 19H00 (18H00 GMT), ces manifestants qui se filmaient en direct sur la plate-forme Facebook Live ont pénétré dans les locaux de l'ambassade fermée le samedi dans le très chic XVIe arrondissement de Paris, avant d'être évacués par les forces de l'ordre deux heures plus tard.

Selon un riverain témoin de la scène, interrogé par l'AFP, les manifestants "ont sauté les grilles et défoncé la porte" pour entrer. 

Ils ont ensuite été délogés par la police, dans le calme et ont poursuivi leur manifestation dans la rue aux abords de l'ambassade. 

"On prend les Camerounais pour des idiots, il ne faut pas mener un peuple à bout comme ça. Dans les régions anglophones, l'armée tue, à Douala, ils tirent à balle réelle...", explique l'auteur de la vidéo en direct, Daniel Essissima. 

Samedi, à Douala, la capitale économique du Cameroun, au moins trois personnes ont été blessées par balle, selon le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), lors d'une manifestation de ce parti.

Son leader, Maurice Kamto, ex-candidat à l'élection présidentielle d'octobre revendique toujours la victoire.

Des photos d'au moins trois personnes blessées, dont un conseiller municipal cadre du MRC à Douala et une avocate renommée du parti, Me Michèle Ndoki, circulaient samedi matin sur les réseaux sociaux.

Il n'était pas possible samedi de déterminer si leurs blessures étaient dues à des tirs de balles réelles ou non.

Le Cameroun est également secoué par les velléités séparatistes d'une frange de la population anglophone, depuis un an.

Des hommes armés y multiplient les enlèvements de responsables, de militaires et policiers, ainsi que des civils dans les deux régions anglophones en crise du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Ils militent pour la création d'un Etat indépendant.

Des affrontements entre l'armée et ces séparatistes armés, regroupés en groupes épars dans la forêt équatoriale, s'y produisent depuis quasiment chaque jour.

AFP

Ses derniers articles: Gabon: le vice-président et le ministre des Forêts limogés  Libye: combats violents au sud de Tripoli, crainte d'une "longue" guerre  Tunisie: liberté provisoire pour l'expert de l'ONU arrêté pour "espionnage" (parquet) 

Cameroun

AFP

Le Cameroun célèbre sa fête nationale dans la division

Le Cameroun célèbre sa fête nationale dans la division

AFP

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours

AFP

Le Cameroun interdit les manifestations du parti de l'opposant Kamto

Le Cameroun interdit les manifestations du parti de l'opposant Kamto

manifestants

AFP

Soudan: face

Soudan: face

AFP

Soudan: des manifestants démantèlent

Soudan: des manifestants démantèlent

AFP

Les manifestants soudanais épinglent l'ancien régime après des heurts meurtriers

Les manifestants soudanais épinglent l'ancien régime après des heurts meurtriers

Paris

AFP

Libye: le président Macron recevra le maréchal Haftar la semaine prochaine

Libye: le président Macron recevra le maréchal Haftar la semaine prochaine

AFP

Une place inaugurée

Une place inaugurée

AFP

Libye: le ministère de l'Intérieur accuse Paris de soutenir le maréchal Haftar

Libye: le ministère de l'Intérieur accuse Paris de soutenir le maréchal Haftar