mis à jour le

Afrique du Sud: promulgation d'une loi sur le financement des partis

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a promulgué avant les élections de mai une loi sur le financement des partis politiques qui, a salué mercredi une ONG, "renforcera considérablement la transparence" dans un pays miné par la corruption.

La loi interdit notamment l'acceptation de donations provenant de gouvernements étrangers, de personnes étrangères et d'entités publiques, ainsi que des donations qui pourraient être issues d'activités criminelles, selon la présidence.

Les partis ont aussi désormais obligation de rendre public le nom des personnes ou entités qui font un don de plus de 100.000 rands (6.300 euros), a précisé l'organisation My Vote Counts (Mon vote compte).

L'adoption de cette loi est "un événement vraiment historique" pour l'Afrique du Sud, s'est-elle réjouie.

Auparavant, le financement des partis se faisait "à huis clos", "il n'y avait pas de transparence", a expliqué à l'AFP Sheilan Clarke, porte-parole de My Vote Counts.

Cette loi est "un élément vital dans le cadre des vérifications nécessaires pour lutter contre la corruption", a-t-elle estimé, jugeant toutefois "regrettable" que le texte ne devrait pas entrer en vigueur avant les élections générales.

Il faut compter environ six mois entre la promulgation de la loi et son application par la commission électorale, selon l'ONG.

"Ce délai signifie que l'électorat sud-africain ira une fois de plus aux urnes sans avoir accès à l'information cruciale" sur le financement des partis, alors que la transparence est "l'épine dorsale de la démocratie", a regretté My Vote Counts.

Les Sud-Africains sont appelés à élire en mai leurs députés et les membres des assemblées provinciales. Les députés éliront ensuite le chef de l'Etat, issu du parti vainqueur des législatives.

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis la fin du régime de l'apartheid en 1994, fait figure de grand favori.

Un récent sondage Ipsos crédite le parti de feu Nelson Mandela de 61% des intentions de vote, malgré une économie en berne et une popularité en baisse à cause des affaires de corruption qui ont entaché la présidence de Jacob Zuma (2009-2018).

Une commission d'enquête recueille actuellement de nombreux témoignages édifiants sur la corruption sous l'ère Zuma.

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils  Algérie: peine de prison fortement réduite pour un militant accusé d'"offense  Ethiopie: 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: Jacob Zuma, toujours populaire malgré les scandales

Afrique du Sud: Jacob Zuma, toujours populaire malgré les scandales

AFP

Afrique du Sud: le juge anti-corruption veut une enquête de police sur Zuma

Afrique du Sud: le juge anti-corruption veut une enquête de police sur Zuma

AFP

Afrique du Sud: Zuma réclame "un juge impartial" anti-corruption

Afrique du Sud: Zuma réclame "un juge impartial" anti-corruption

financement

AFP

Le héros d'"Hôtel Rwanda" inculpé pour terrorisme et financement de rébellion

Le héros d'"Hôtel Rwanda" inculpé pour terrorisme et financement de rébellion

AFP

Rwanda: Kabuga, au coeur du financement et de la propagande du génocide des Tutsi

Rwanda: Kabuga, au coeur du financement et de la propagande du génocide des Tutsi

AFP

Guterres pour un financement de la force du G5 Sahel par les Nations unies

Guterres pour un financement de la force du G5 Sahel par les Nations unies

loi

AFP

Soudan: l'excision est désormais punie par la loi

Soudan: l'excision est désormais punie par la loi

AFP

La France entérine la fin du franc CFA dans un projet de loi

La France entérine la fin du franc CFA dans un projet de loi

AFP

Algérie: les députés examinent une loi controversée sur les hydrocarbures

Algérie: les députés examinent une loi controversée sur les hydrocarbures