SlateAfrique

mis à jour le

Abdou Sèye, l'ancêtre sénégalais de Christophe Lemaitre

«Quand il court Bolt, c’est Abdou Sèye», aimait à dire…. Abdou Sèye. Si le nom d’Usain Bolt n’échappe à personne, celui de ce franco-sénégalais n’est pas resté dans les mémoires.


Et pourtant, Abdou Sèye, Jeux olympiques oblige, devrait être dans tous les esprits.

Car ce sportif reste le seul athlète à avoir remporté une médaille de bronze aux 200 mètres pour la France.

Le blog Contre-pied dépoussière le parcours de l’athlète franco-sénégalais, décédé à 77 ans, en octobre 2011.

Ce dernier n’aura donc pas vu Christophe Lemaitre courir en vain derrière sa performance à Londres.

«Né à Saint-Louis, en juillet 1934, Adboulaye Sèye monte en métropole en 1954 pour effectuer son service militaire à Toulon. Bon footballeur, il est repéré par des clubs locaux qui veulent s’offrir ses services, mais ses officiers remarquent également son exceptionnelle pointe de vitesse. Ils souhaitent monter une équipe d’athlétisme», raconte Contre-pied.

Ses performances impressionnent, le Franco-Sénégalais accumule les records et les titres sur le 200 mètres. Elément clé de l’équipe de France, il remporte le bronze sur le 100 mètres lors des Jeux olympiques de Rome, en 1960.

Le Sénégal, devenu indépendant avant les Jeux, ne dispose pas de Comité olympique. Abdou Sèye court donc sous les couleurs de la France.

«A partir de 1961, à la demande de Mamadou Dia, le premier Premier ministre sénégalais, Abdou Sèye passe de l’autre côté du manche en prenant en main les destinées du sport dans son pays: premier entraîneur national d’athlétisme africain, il repère, détecte, forme et structure, jetant les bases du sport de haut niveau de son continent», rapporte le journaliste français François Thomazeau.

En dépit de ses désaccords politiques, l’athlète restera une personnalité sportive sénégalaise de premier plan.

Un statut accentué par l’amitié qui l’unit à Lamine Diack, actuel président de la Fédération internationale d’athlétisme.

Lu sur le blog Contre-pied, hébergé par  Le Monde.fr

 

A lire aussi

Le sprint n’est pas qu’une affaire de noirs

Pourquoi les Jamaïcains courent si vite?

Quiz: testez vos connaissances sur l'Afrique et les JO

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Notre dossier sur les Jeux olympiques de Londres