mis à jour le

Libye: un dirigeant libyen d'Al-Qaïda tué dans le Sud (forces de Haftar)

L'Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée et dirigée par l'homme fort de l'est libyen Khalifa Haftar, a affirmé vendredi à l'AFP avoir tué un dirigeant d'Al-Qaïda en Libye dans le sud-ouest du pays.

Le porte-parole de l'ANL, le général Ahmad al-Mesmari, a fait état de la "mort du terroriste Abdel Monem al-Hasnaoui, alias Abou Talha (al-Libi)" lors d'une opération "spéciale (...) vendredi dans la région d'al-Qarda al-Chatti dans le sud-ouest de la Libye".

"Les terroristes (libyen) al-Mahdi Dengo et égyptien Abdallah al-Dessouki" ont également été tués dans cette même opération, à environ 60 kilomètres au nord-est de Sebha (650 km au sud de Tripoli), a ajouté à l'AFP M. Mesmari.

Originaire du Sud, Abou Talha, présenté en Libye comme un important dirigeant d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avait été donné pour mort à plusieurs reprises, notamment en 2016 lors d'un raid aérien.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie au chaos: alors que des milices font la loi, deux autorités se disputent le pouvoir: d'un côté, le Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, et de l'autre, une autorité exerçant son pouvoir dans l'est du pays avec le soutien du maréchal Haftar.

Des mouvements jihadistes, tels qu'Al-Qaïda et l'organisation Etat islamique (EI), avaient profité de cette profonde instabilité pour s'implanter en Libye, en particulier à Syrte dans le nord du pays, avant d'en être chassé en 2016 par des forces loyales au GNA.

L'annonce de la mort d'Abou Talha intervient deux jours après l'annonce par l'ANL du lancement d'une opération visant à "purger le sud des groupes terroristes et criminels".

Le but de l'opération, selon M. Mesmari, est "d'assurer la sécurité des habitants du sud-ouest face aux terroristes, que ce soit de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique) ou Al-Qaïda, ainsi qu'aux bandes criminelles".

AFP

Ses derniers articles: En Libye, des milliers d'étudiants inquiets après la fermeture de leurs écoles  Arrestations et nouvelles manifestations  Cameroun: "terreur" dans les zones anglophones