mis à jour le

Une prairie en Mauritanie © Zain A.B/Flickr/CC
Une prairie en Mauritanie © Zain A.B/Flickr/CC

Quand l'écotourisme change la vie des villages mauritaniens

Dans la région du fleuve Sénégal, à 80 kilomètres de Boghé, dans le sud mauritanien, le village de Loboudou mène, depuis 2007, un projet d’écotourisme. Récit.

C’est la poignée de main ferme et le sourire amical du chef du village qui accueillent le visiteur à Loboudou, un village du sud de la Mauritanie.

Une poignée de mains qui en dit long sur l’engagement et le dynamisme d’Ali et de son village dans la sauvegarde de l’environnement et le développement durable.

A quelques mètres du puits et de l’école du village, face à la forêt restaurée du Walaré-Tguedy, quatre cases se tiennent autour de deux tentes traditionnelles: c'est l’auberge de jeunesse Salayel.

Créée par l’association du même nom, l’auberge Salayel, dont une partie des recettes est destinée à soutenir les projets communautaires, œuvre pour le développement d’un tourisme équitable et intégré dans une région délaissée par les voyageurs.

Une philosophie, celle du partage

«On veut que les communautés conservent et préservent leurs traditions, leur patrimoine culturel et naturel, mais on ne veut pas qu’elles restent fermées sur elles-mêmes», explique Ali.

Plus qu’une structure d’accueil, Salayel ("petit pont" en pulaar) est une philosophie: celle du partage et de l’échange interculturel entre les visiteurs et les villageois. Des villageois spontanés, ravis de faire découvrir leur milieu et leurs activités.

Des visiteurs, qui selon leurs intérêts, iront à la rencontre des agriculteurs, des éleveurs, des apiculteurs, des pêcheurs, des griots, des brodeuses, des instituteurs militants pour le reboisement, des élèves cultivant leur potager dont les légumes seront cuisinés par les cantinières, des maçons spécialisés dans la construction de maison sans bois, tous organisés en comités ou en coopératives et impliqués dans le projet de développement de Loboudou.

L’activité d’écotourisme apparaît alors comme une manière d’amener les villageois, à reconsidérer et à valoriser la richesse de leur patrimoine.

Un engagement écologique

Ce village, à l’organisation sociale participative, vise l’autosuffisance, mais il dépend de l’aide nationale et internationale pour mener à bien sa lutte pour la préservation du milieu.

C’est en 1985 que naît la réflexion: les récits des sages du village décrivaient des arbres que les villageois ne voyaient presque plus. Face à la sécheresse et à l’abattement généralisé des arbres, l’inquiétude apparaît.

Et, afin de sauvegarder un écosystème qui ne devrait pas seulement vivre dans les récits des aïeux, plusieurs projets vont être menés par le village.

Pour le reboisement, par exemple, qui continue d’être une priorité, les villageois ont mené à l’école une expérimentation sur la germination des semences de celtis, alors en voie de disparition.

Depuis, la reforestation par génération naturelle a été rendue possible grâce à la volonté des villageois et à la collaboration d’organisations internationales qui ont fourni l’aide matérielle pour l’installation de clôtures.

Le gouvernement a aussi contribué à l’extension de ce projet à travers son programme de développement régional communautaire.

D’autres projets comme la mise en place d’une zone de protection des oiseaux ou la formation communautaire pour la construction des maisons sans bois continuent d’être menés.

Des réponses locales

Des expériences qui sont d’ailleurs élargies aux villages de la commune de Dar-el-Barka, puisque des rencontres sont organisées pour discuter et apporter localement des réponses aux problèmes environnementaux, dont le plus préoccupant aujourd’hui est l’érosion des sols.        

L’activité d’écotourisme développée par le village s’inscrit dans un projet écologique plus large, qui tend à s’étendre.

«On aimerait que ce projet profite à toute la commune, sensibiliser les populations des villages voisins au tourisme équitable, à la déforestation et à l’érosion des sols», explique Ali, qui souhaite initier une culture de l’échange et du partenariat.

Afin d’identifier les sites et les ressources locales à mettre en valeur dans la commune, un circuit a été élaboré en collaboration avec les autres villages.

Les touristes se faisant rares dans la région, les villageois ne verront pas leur circuit se réaliser.

Loboudou ne ferme pas pour autant son auberge qui reste ouverte aux visiteurs mais qui est aussi utilisée pour accueillir les réunions, les formations locales et parfois même pour héberger des villageois sinistrés, comme à la suite des intempéries de 2008.

Cet article a été initialement publié sur CityMag, mensuel de Nouakchott.

 

A lire aussi:

Rwanda - Ces petits paysans qui vivent un vrai conte de fée

Ouganda - Etre agriculteur écolo, ça rapporte gros

Tribune: inventer une agriculture «écologiquement intensive»

Comment faire vivre le message de Wangari Maathai

Du grain à moudre pour développer l'agriculture africaine

Sara Haba

Contributrice à Youphil.

Ses derniers articles: Mauritanie: l'écotourisme comme mode de vie 

développement durable

Environnement

En Afrique, la pollution de l'air tue mais personne ne veut le voir

En Afrique, la pollution de l'air tue mais personne ne veut le voir

Développement durable

Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique

Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique

Développement durable

Le Maroc fera t-il de la COP22, la «COP de l'action»?

Le Maroc fera t-il de la COP22, la «COP de l'action»?

écologie

Développement durable

Avec la COP22, le Maroc veut réussir sa mue écologique

Avec la COP22, le Maroc veut réussir sa mue écologique

Nature

Où passer des vacances «vertes» en Afrique?

Où passer des vacances «vertes» en Afrique?

Développement durable

L'Afrique doit développer une agriculture maîtrisée pour booster sa croissance

L'Afrique doit développer une agriculture maîtrisée pour booster sa croissance

écotourisme

Tourisme vert

Le Maroc fait le pari de l'écotourisme

Le Maroc fait le pari de l'écotourisme

Destination ailleurs

L'écotourisme pour voir l'Afrique autrement

L'écotourisme pour voir l'Afrique autrement

Economie

Cameroun, en attendant les touristes chinois

Cameroun, en attendant les touristes chinois