SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - On se déchire à propos du Coran (VIDEO)

La conférence «Tolérance en islam» n’a pas tenu ses promesses. En terme de tolérance, le public aurait pu faire mieux!

Au cours de la conférence organisée à Kairouan dans la soirée du 5 août, le cheikh Abdelfattah Mourou, par ailleurs cofondateur du mouvement islamiste tunisien Ennahda, a été agressé.

Il a été transporté à l’hôpital, le visage ensanglanté, précise le site du magazine Kapitalis.

L’écrivain Youssef Seddik, connu pour sa lecture rationaliste des textes de l’Islam faisait également partie des invités. Des personnes présentes dans le public ont soudainement réclamé son départ.

Des propos tout de suite condamnés par le cheikh Mourou qui a expliqué à l’assistance que cet acte était en contradiction avec le thème même de la conférence.

«Soudain, l’un des extrémistes, l'a frappé avec un verre sur le front. Le cheikh s’est évanoui sur le coup et a été transporté en urgence à l’hôpital. Quant à Youssef Seddik, il a dû quitter les lieux en catastrophe sous la protection des organisateurs», raconte Kapitalis

Mais qui est donc l’agresseur du cheikh Abdelfattah Mourou?

«Mohamed Thameur Wahada, la quarantaine, condamné en 2007 pour appel à la violence et qui a bénéficié de l’amnésie générale après la révolution», répond Kapitalis.

Connu pour son extrémisme, l’homme a commencé à critiquer ouvertement l’écrivain Youssef Seddik l’accusant d’avoir offensé la mémoire de Aïcha, l’épouse du prophète. Le cheikh a été agressé en s’interposant entre l’écrivain et Mohammed Thameur Wahada.

Lu sur Kapitalis

A lire aussi

Le rêve brisé des printemps arabes

Tunisie: Ennahda ménage les salafistes

Tunisie: Ennahda, seul maître à bord