SlateAfrique

mis à jour le

Saviez-vous que Che Guevara avait aussi combattu en Afrique?

Le Che, personnage emblématique de la révolution cubaine, est devenu une légende, à travers le monde et les âges.

Si l’on connaît bien son rôle dans le soulèvement des peuples en Amérique du Sud, l’on connaît moins le combat qu’il a mené en Afrique.

Le site Afrik.com a retracé l’itinéraire du «Commandante» sur le continent, et, notamment, en République démocratique du Congo.

Une aventure peu concluante:

«L’histoire du "Che" au Congo est à la fois pathétique et héroïque. Pathétique, car l’entreprise du célèbre guérillero était condamnée à l’échec dès le départ en se heurtant aux réalités africaines et à l’imbroglio congolais, mais héroïque de par sa détermination dans un engagement universel au service de la libération des peuples.»

En 1964, le Che entame une tournée africaine dans différents pays (Algérie, Egypte, Guinée, Ghana, Mali, Tanzanie…) et rencontre à cette occasion de nombreux dirigeants africains de l’époque. 

Dans sa volonté d’exporter la révolution sur le continent, le Che garde à l’esprit l’histoire de la colonisation, passé commun entre Cuba et l’Afrique.

«Cette solidarité naissante entre la petite île rebelle et l’Afrique révolutionnaire comprendra par la suite, en plus de soutiens militaires, des programmes d’aide dans les domaines de la médecine, de l’éducation et du développement.»

C’est en 1965 qu’il débarque en RDC avec une poignée de révolutionnaires cubains afin de former les hommes de Laurent Kabila et leur fournir des armes.

L’expérience va durer sept mois, et le révolutionnaire cubain va finalement jeter l’éponge face aux difficultés rencontrées.

Malgré cet échec, l’on se souviendra longtemps de son expérience africaine:

«Les quelques mois africains du révolutionnaire internationaliste ont inspiré de nombreux combattants africains et posé les bases d’une amitié durable entre l’Afrique révolutionnaire et La Havane. Les Cubains appuieront des luttes révolutionnaires aux quatre coins du continent tout au long de la seconde partie du XXème siècle.»

Lu sur Afrik.com

 

A lire aussi:

Les noirs de Tunisie feront-ils leur révolution?

France-Afrique: comment en finir avec le colonialisme

La RDC, un pays rogné par ses voisins

La part d'ombre de Joseph Kabila