mis à jour le

Le président nigérian se défend après la nomination de sa nièce

La présidence nigériane et le président de la Commission électorale indépendante (Céni) se sont défendus face aux critiques de l'opposition qui dénonce la nomination de la nièce du président Muhammadu Buhari au sein de la commission électorale, à six semaines d'un scrutin présidentiel auquel l'ancien général briguera sa propre succession.  

"Je suis le seul responsable de la compilation des résultats", a déclaré savoir le président de la Céni, Mahmood Yakubu, vendredi soir, après une polémique lancée par le principal parti de l'opposition qui refuse la nomination de Amina Zakari, nièce par alliance du président Buhari, à la tête d'une branche de l'institution, le centre de compilation des résultats de la présidentielle du 16 février. 

"Quelqu'un doit s'occuper de l'organisation des lieux du vote, de la distribution des réseaux internet, des accréditations des observateurs internationaux et des journalistes", s'est défendu le président de la Céni, affirmant que ces tâches ne peuvent influer le résultat de la présidentielle du mois prochain, à laquelle le chef de l'Etat est candidat à un second mandat.

Vendredi, la présidence avait déjà voulu mettre un terme à la polémique, affirmant qu'Amina Zakari était sa "nièce par alliance". "Dire qu'il y a des liens de sang entre le président et une commissaire électorale est un pur mensonge", a assuré Gerba Shehu, porte-parole de M. Buhari. 

Le Parti populaire démocratique (PDP), principal parti d'opposition, a rejeté cette semaine à la nomination d'Amina Zakari "à la tête de la délégation qui révélera les résultats des élections, à laquelle son oncle, le président Buhari, est candidat". 

Pour le PDP, qui affrontera directement le président sortant, cette nomination est une "violation directe du code de l'élection présidentielle". "Nous ne l'accepterons pas", a affirmé le PDP, dans un communiqué. 

Le président Buhari, élu pour un premier mandat en 2015, enregistre un bilan très mitigé notamment en terme de sécurité et de relance de l'économie. Il affrontera un ancien vice-président, Atiku Abubakar, lors des élections générales prévues du 16 février.

AFP

Ses derniers articles: Algérie: les étudiants défilent nombreux  Madagascar: le cyclone Belna fait au moins 2 morts  Nigeria: des jihadistes publient une vidéo d'exécution de militaires 

commission

AFP

RDC: Koffi Olomide entendu par une commission de censure

RDC: Koffi Olomide entendu par une commission de censure

AFP

Côte d'Ivoire : le principal parti d'opposition refuse de sièger

Côte d'Ivoire : le principal parti d'opposition refuse de sièger

AFP

Côte d'Ivoire: le FPI refuse de participer

Côte d'Ivoire: le FPI refuse de participer

nomination

AFP

Gambie: nomination d'un ministre de la Défense, le premier depuis 22 ans

Gambie: nomination d'un ministre de la Défense, le premier depuis 22 ans

AFP

RDC: l'opposant Katumbi de retour après trois ans, possible nomination d'un Premier ministre

RDC: l'opposant Katumbi de retour après trois ans, possible nomination d'un Premier ministre

AFP

Burkina: nomination d'un nouveau Premier ministre au moment où les attaques jihadistes s'intensifient

Burkina: nomination d'un nouveau Premier ministre au moment où les attaques jihadistes s'intensifient

président

AFP

Soudan du Sud: démission du président de l'Assemblée nationale

Soudan du Sud: démission du président de l'Assemblée nationale

AFP

Gabon: le président Bongo n'a pas promu son fils comme son "poulain" (porte-parole)

Gabon: le président Bongo n'a pas promu son fils comme son "poulain" (porte-parole)

AFP

Gabon: l'ex-directeur de cabinet du président dans la tourmente d'une opération anticorruption

Gabon: l'ex-directeur de cabinet du président dans la tourmente d'une opération anticorruption