mis à jour le

Présidentielle

Un millier de partisans de l'ex-chef de l'Etat malgache Marc Ravalomanana, candidat à la présidentielle de décembre, ont manifesté pacifiquement jeudi à Antananarivo pour que la Haute Cour constitutionnelle disqualifie son rival donné gagnant Andry Rajoelina lors de la proclamation des résultats définitifs le 8 janvier.

Selon les chiffres de la commission électorale nationale indépendante (Céni) publiés le 27 décembre, l'ancien président Andry Rajoelina a remporté le second tour de la présidentielle organisé le 19 décembre, avec 55,66% des suffrages, contre 44,34% pour Marc Ravalomanana.

Ce dernier a déposé des recours devant la Haute Cour constitutionnelle (HCC) pour contester les résultats. 

Ses partisans demandent la "disqualification" d'Andry Rajoelina pour "fraude" et "corruption" de la Céni.

La plus haute instance juridique du pays a annoncé jeudi qu'elle rendrait son verdict le 8 janvier à 15H00 (12H00 GMT).

Pour faire pression sur la HCC, un millier de pro-Ravalomanana sont de nouveau descendus dans la rue jeudi dans la capitale, pour la troisième fois depuis samedi, a constaté un journaliste de l'AFP.

Malgré l'absence d'autorisation émanant du préfet de la ville d'Antananarivo, les forces de l'ordre ont laissé les manifestants occuper la place centrale du 13-Mai, sur le parvis de l'hôtel de ville.

Contrairement à la veille mercredi, elles n'ont pas fait usage de la force.

"Un message à l'endroit de la HCC: nous n'allons pas nous arrêter tant que la vérité ne sera pas rétablie", a prévenu devant la foule la députée Hanitra Razafimanantsoa, issue du parti TIM de Marc Ravalomanana.

"Mon message à la HCC est que vous serez redevables non seulement devant la nation, mais aussi devant la loi si vous fermez les yeux devant les fraudes", a estimé pour sa part Philippe Rakotoerisoa, un artisan de 55 ans.

Les pro-Ravalomanana ont prévu de manifester jusqu'aux délibérations de la HCC.

Madagascar, grande île de l'océan Indien, connaît régulièrement des périodes d'instabilité politique depuis son indépendance de la France en 1960.

L'élection de 2018 a pris le tour d'un règlement de comptes entre Marc Ravalomanana, qui a quitté le pouvoir en 2009 sous la pression de la rue et de l'armée qui avait confié le pouvoir à l'opposant Andry Rajoelina.

Les deux hommes avaient été interdits de candidature à la présidentielle de 2013 dans le cadre d'un accord de sortie de crise validé par la communauté internationale.

AFP

Ses derniers articles: Une centaine d'éléphants victimes de la sécheresse au Botswana  Crise politique en Guinée: prison ferme pour les instigateurs de la contestation anti-Condé  La RDC et ses voisins renforcent leur collaboration contre Ebola 

Manifestation

AFP

Afrique du Sud: manifestation de réfugiés contre les violences xénophobes

Afrique du Sud: manifestation de réfugiés contre les violences xénophobes

AFP

Manifestation massive

Manifestation massive

AFP

Manifestation de fonctionnaires réprimée dans le royaume d'eSwatini

Manifestation de fonctionnaires réprimée dans le royaume d'eSwatini

présidentielle

AFP

Côte d'Ivoire : le PDCI sonne la mobilisation

Côte d'Ivoire : le PDCI sonne la mobilisation

AFP

Côte d'Ivoire: Guillaume Soro se déclare candidat

Côte d'Ivoire: Guillaume Soro se déclare candidat

AFP

Dans la rue, les Algériens disent non

Dans la rue, les Algériens disent non

résultats

AFP

Malawi: le président réélu Mutharika appelle les perdants

Malawi: le président réélu Mutharika appelle les perdants

AFP

La justice du Malawi ordonne la suspension de l'annonce des résultats des élections

La justice du Malawi ordonne la suspension de l'annonce des résultats des élections

AFP

Malawi: les résultats de la présidentielle retardés pour litiges

Malawi: les résultats de la présidentielle retardés pour litiges