mis à jour le

Un supporter de l'Algérie avant la demi-finale de la CAN de football, le 28 janvier 2010. Amr Dalsh / Reuters
Un supporter de l'Algérie avant la demi-finale de la CAN de football, le 28 janvier 2010. Amr Dalsh / Reuters

L'hymne national algérien est-il (vraiment) le pire d'Afrique?

Le chant patriotique algérien, comme beaucoup d'hymnes africains, est calqué sur celui des anciens pays colonisateurs.

Si les 53 drapeaux africains agités à Londres sont parmi les plus beaux de la planète, il n'en n'est pas de même pour les hymnes nationaux, souvent de pâles copies de monotones musiques symphoniques européennes.

L'homme est né debout en Afrique et a commencé à courir, bien après dans un stade en Grèce, mais le continent noir est paradoxalement une terre de jeunes pays.

De fait, si les drapeaux font référence à des couleurs ancestrales, souvent le jaune, rouge et vert, celles du panafricanisme, dont le drapeau a été créé en 1920, les hymnes sont généralement récents.

Les «bébés» hymnes nationaux

Datés des années 1960 et des indépendances, à l'exception notable de l'hymne libérien, plus vieux du continent, écrit en1847 mais en Anglais et par un Africain-Américain né aux Etats-Unis, Daniel Bashiel Warner.

Le plus récent des hymnes nationaux du monde est d'ailleurs africain, c'est celui du Soudan du Sud, écrit en 2011, en Anglais aussi, mais composé par un groupe d'étudiants.

Justement, qui crée les hymnes nationaux? En Afrique, cela a souvent été des religieux, comme le pasteur Rahajason de Madagascar ou les missionnaires jésuites du Tchad, ou par des présidents eux-mêmes, qui rassemblent tous les pouvoirs, dont celui d'écrire les hymnes, à l'image du Burkinabé Thomas Sankara, du Sénégalais Senghor ou, dans une certaine mesure, le Gabonais Aleka Damas, qui présida l'Assemblée nationale de son pays, de 1964 à 1975.

Il y a même des ministres paroliers, comme dans le cas de la République centrafricaine, dont l'hymne est signé par Barthélemy Boganda, Premier ministre au moment de l'accession à l'indépendance.

Ou encore des habiles mélanges entre politique et spirituel, comme les abbés Coty et Pango qui signent la musique de l'hymne ivoirien pendant que les ministres Ekra et Bony rédigent les paroles. Mais qui dit parole, surtout en Afrique, dit conflit, souvent violent.

Les guerres en musique

 

Un homme ne change pas, dit-on, c'est comme un drapeau, à l'exception du Malawi, qui vient encore de changer d'étendard, ce qui lui a coûté 8 millions d'euros. En revanche, suivant les conflits et les situations politiques, les hymnes changent.

L'Afrique du Sud, qui possède le seul hymne au monde a être chanté en 5 langues (des 11 langues officielles du pays) a été modifié et adopté en 1997, suite à la fin de l'Apartheid.

Au Rwanda, suite à l'effroyable guerre qui a ravagé le pays, le texte d'un nouvel hymne national, qui supprime toute référence aux ethnies du pays a été créé en 1997, et l'hymne congolais, écrit par Jacques et Georges Tondra Kibanghi, a été suspendu puis rétabli en 1991. 

Même l'hymne de l'Algérie, pays pourtant très nationaliste, a failli été modifié par l'ex-président Chadli Bendjedid, dans les années 1980. Ce dernier voulait supprimer, à l'époque du rapprochement avec François Mitterrand, des passages vengeurs envers la France.

Pire hymne national du monde arabe

Le texte de loi s'étant confronté aux puristes et le président Chadli chassé du pouvoir, l'hymne n'a pas été changé.

Mais les passages en question ont fait du chemin puisque, il y a quelques jours, le journal anglais Daily Telegraph classait  Qassaman (le serment), 5e pire hymne national du monde.

Ainsi, au niveau africain, l'Algérie gagne la première médaille du continent, derrière la Corée du Nord, l'Uruguay (le plus long hymne du monde), la Grèce (pourtant berceau des JO) et l'Espagne (hymne sans paroles, comme le Kosovar).

L'hymne algérien glorifie le sang et la guerre, contre l'ennemi français, d'ailleurs noté par le journal anglais comme l'un des rares hymnes qui fassent référence à un autre pays.

Très susceptible, l'Algérie a déjà émis une protestation officielle, ce qui pose une grande question à Alger, l'hymne national algérien est-il national?

Commandé par Abane Ramdane, cerveau de la guerre d'indépendance et assassiné par ses frères d'armes, il a été bien été écrit par un Algérien, le poète mozabite Moufdi Zakaria, mais sur une musique, algérienne, refusée, puis tunisienne, refusée aussi, pour finir par la musique d'un Egyptien.

Scandale? Oui, l'Egypte, pour des considérations sportives hors JO, est devenu le nouvel ennemi algérien.

Hymne, national ou étranger?

Il n'y a pas que l'Algérie. L'hymne tunisien a été composé par un Syrien. Plus grave, celui de la Somalie l'a été par un Italien.

L'hymne angolais est en portugais tout comme le mozambicain et celui de la Guinée équatoriale sont en espagnol.

Celui de la Namibie est écrit et chanté en anglais, celui du Mali ou du Cameroun en français, un comble pour un continent africain qui possède plus d'un millier de langues nationales.

Dans ce sombre tableau, la médaille d'or revient incontestablement à  Herbert Pepper, ethnomusicologue français, seul au monde à avoir composé deux hymnes nationaux, celui de la République centrafricaine et du Sénégal.

La Françafrique se chante aussi, et d'une manière générale, plusieurs hymnes africains ont pour référence La Marseillaise, comme L'Abidjanaise, La Congolaise, La Tchadienne ou La Nigérienne, écrite d'ailleurs aussi par un Français (Nick Frionnet), sélectionné au terme d'un concours national.

Des imitations sans imagination de l'hymne français, du moins dans les dénominations, jusqu'à L'Africaine, hymne officiel de l'Union africaine, adopté en 1999 par tout le continent.

Bref, des hymnes qui n'ont en général rien d'africain, copies de mauvaises symphonies européennes.

Excellents musiciens, les Africains auraient tout intérêt à changer leurs hymnes nationaux. Question pour un champion (olympique), quel est l'hymne national le plus court du monde, demandait un Algérien à un Algérien.

Non, ce n'est pas le japonais, pourtant répertorié comme le plus bref de la planète, avec ses 5 couplets et ses 20 mots.

C'est La Marseillaise, a répondu l'autre, elle se fait siffler dès qu'elle commence.

Chawki Amari

A lire aussi 

Dossier JO 2012: les espoirs de l'Afrique

France-Algérie: le passé, champs de bataille présent

François Hollande, les drapeaux arabes et l'intégration

 

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Algérie

AFP

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

Burkina Faso

Putsch

Qui est le Mogho Naaba, au centre des négociations au Burkina Faso?

Qui est le Mogho Naaba, au centre des négociations au Burkina Faso?

Coup d'Etat

Quand le Président du Burkina Faso se réfugie à l'ambassade française, symbole du passé colonial

Quand le Président du Burkina Faso se réfugie à l'ambassade française, symbole du passé colonial

Burkina Faso

Le retour d'exil de Mariam Sankara, un symbole fort pour le Burkina Faso

Le retour d'exil de Mariam Sankara, un symbole fort pour le Burkina Faso

Jeux Olympiques de Londres 2012

Judo

Priscilla Gneto, princesse des tatamis venue d'Abidjan

Priscilla Gneto, princesse des tatamis venue d'Abidjan

Vu d'Oran

Algérie-Une copie olympique à revoir

Algérie-Une copie olympique à revoir

Portfolio

Nos plus belles images des JO

Nos plus belles images des JO