mis à jour le

Nigeria: offensive imminente de l'armée pour reprendre Baga aux jihadistes

L'armée nigériane est sur le point de lancer une offensive pour reprendre la ville stratégique de Baga aux jihadistes de Boko Haram, a-t-on appris lundi de sources militaires et de sécurité.

Des combattants du groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), une faction de Boko Haram affiliée à l'EI, ont pris le contrôle jeudi de Baga, un important port de pêche sur le lac Tchad, après avoir pris d'assaut deux bases de l'armée nigériane et de la Force multinationale mixte (MNJTF), qui accueille des unités du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun.

Des dizaines de véhicules militaires venus de la capitale régionale Maiduguri sont entrés dimanche soir à Monguno, à 50 km de Baga, dans la perspective de l'offensive pour reprendre la ville, ont indiqué des sources militaires et des membres de milices civiles combattant aux côtés de l'armée, sous condition d'anonymat.

"Des moyens militaires ont été déployés à Monguno en préparation d'une opération visant à reprendre Baga aux terroristes de Boko Haram", a déclaré un officier de l'armée nigériane.

Des habitants de Monguno ont affirmé avoir vu 40 camions militaires transporter des troupes dans la ville dimanche soir.

"L'ordre a été donné de reprendre Baga aux terroristes de Book Haram", a indiqué une autre source militaire. "L'offensive va bientôt commencer", a-t-elle précisé.

Une milice civile combattant aux côtés de l'armée va participer aux opérations pour la reprise de Baga, a confirmé un de ses membres.

Dans la ville, les jihadistes parcourent les rues, maison après maison, pour trouver et tuer des miliciens, ont témoigné des habitants auprès de l'AFP.

En janvier 2015, Boko Haram avait déjà pris le contrôle de Baga,tuant des centaines d'habitants. La ville avait ensuite été reprise mais les jihadistes continuent d'attaquer l'armée et les civils dans cette zone qui est un bastion de l'ISWAP.

Après la prise de Baga, Boko Haram contrôle la majorité des rives du lac Tchad, selon des sources de sécurité.

L'insurrection jihadiste, qui a débuté au Nigeria en 2009, a fait au moins 27.000 morts et provoqué une grave crise humanitaire avec 1,8 million de déplacés.

Candidat à sa propre succession en février prochain, le président nigérian Muhammadu Buhari est fortement critiqué pour son échec à éradiquer Boko Haram, comme il l'avait promis, alors même qu'il a assuré à plusieurs reprises que le groupe jihadiste était "techniquement vaincu".

Le conflit s'est aussi étendu vers les pays voisins, le Tchad, le Niger et le Cameroun.

La situation est telle dans la région que les pays du lac Tchad ont demandé, lors d'une réunion de leurs dirigeants fin novembre à N'Djamena un soutien de la communauté internationale dans leur "lutte contre le terrorisme". 

AFP

Ses derniers articles: Nord du Burkina: au moins 15 civils tués dans une attaque attribuée aux jihadistes  Malawi: le président Mutharika qualifie de "coup d'Etat judiciaire" l'annulation de la présidentielle  Soudan du Sud: l'ONU prolonge l'embargo sur les armes jusqu'en mai 2021 

jihadistes

AFP

Nord du Burkina: au moins 15 civils tués dans une attaque attribuée aux jihadistes

Nord du Burkina: au moins 15 civils tués dans une attaque attribuée aux jihadistes

AFP

Togo: aux avant-postes de la guerre contre les jihadistes

Togo: aux avant-postes de la guerre contre les jihadistes

AFP

Nigeria: les groupes jihadistes étendent leur influence dans le nord-ouest, selon une ONG

Nigeria: les groupes jihadistes étendent leur influence dans le nord-ouest, selon une ONG

l'armée

AFP

A Madagascar, l'armée livre

A Madagascar, l'armée livre

AFP

L'armée du Lesotho rentre dans ses casernes, inquiétude

L'armée du Lesotho rentre dans ses casernes, inquiétude

AFP

L'armée a quitté les rues de la capitale du Lesotho (AFP)

L'armée a quitté les rues de la capitale du Lesotho (AFP)

offensive

AFP

RDC: l'armée affirme poursuivre son offensive contre des rebelles hutus rwandais

RDC: l'armée affirme poursuivre son offensive contre des rebelles hutus rwandais

AFP

La Minusma doit être plus offensive et l'Union africaine plus présente en Libye, pour Issoufou

La Minusma doit être plus offensive et l'Union africaine plus présente en Libye, pour Issoufou

AFP

Libye: Tripoli annonce avoir repoussé une offensive des forces de Haftar

Libye: Tripoli annonce avoir repoussé une offensive des forces de Haftar