SlateAfrique

mis à jour le

En Somalie, les shebabs ne rigolent pas avec les humoristes

Le plus célèbre des comédiens somaliens vient d’être assassiné à Mogadiscio, la capitale somalienne, rapporte The Guardian.

Une balle dans la tête, une autre dans la poitrine et s’en était fini d’Abdi Jeylani Marshale.

Selon les déclarations d’un témoin à la BBC, deux hommes l’attendaient à la sortie du studio d'une radio locale.

Un lieu où l’artiste travaillait en tant que producteur et acteur de théâtre. Pour l'heure, les deux meurtriers restent introuvables.

Mais leur identité est plutôt à chercher du côté des shebabs, ces milices islamistes qui terrorisent Mogadiscio. Car en 2011, ces derniers avaient déjà menacé l’acteur de mort.

Des menaces prises au sérieux par Abdi Jeylani Marshale, qui l’avaient conduit à se cacher au Somaliland pendant plusieurs jours.

Yusuf Keynan, présentateur à Kulmiye Radio, où travaillait Marshale a déclaré:

«C’est un jour noir pour le monde du spectacle. Il était un leader de la comédie somalienne et tout le monde aimait ses oeuvres.»

La déclaration d’Osman Abdullah Guure, propriétaire de la radio en dit long sur l’état de la liberté d’expression à Mogadiscio, et le sentiment d'insécurité qui y règne:

«J’encourage fortement les journalistes à porter leurs armes sur eux. Il est temps de se défendre.»

Depuis un an, six journalistes ont été assassinés en Somalie.

Lu sur The Guardian

 

A lire aussi

A lire aussi Mogadiscio: l'espoir d'une renaissance

Les shebabs adoptent la méthode Boko Haram

Le Somaliland, 20 ans et toujours sans passeport