SlateAfrique

mis à jour le

Et si les Africains avaient inventé la high-tech?

De nouvelles découvertes sur les origines de l’homme pourraient bien renverser les acquis anthropologiques actuels.

Un groupe de scientifiques de diverses nationalités a découvert dans les monts Lebombo (Afrique du Sud) des artefacts prouvant l’émergence de la modernité chez l’homme bien avant ce qui était auparavant établi. Le site américain d’io9 fait part de ces révélations surprenantes:

«L’étude archéologique sur les traces des premiers hommes en Afrique, à travers de nombreux artefacts, établit l’avènement d’une culture moderne il y a 44 000 ans, soit bien plus tôt que les 22.000 ans communément admis.»

Ces premiers hommes qui vivaient sur les terres actuelles de la nation Arc-en-ciel avaient par exemple découvert les propriétés de la cire d’abeille ou du poison, preuve de l’avancée de leur société.

«Le matériel archéologique étudié par les anthropologues dresse le portrait d’une culture remarquablement complexe et beaucoup plus ancienne que quiconque aurait pu l’imaginer.»

La cire d’abeille retrouvée —le plus vieil échantillon connu utilisé par les hommes— faisait vraisemblablement office d’adhésif et servait à confectionner la corde des arcs de chasse.

De tels outils sont caractéristiques de l’ère du paléolithique supérieur, marquée par l’arrivée des hommes en Europe entre 35.000 et 10.000 ans avant aujourd’hui.

Or, cette récente découverte redistribue les cartes et fait émerger un scenario différent:

«L’étude suggère que les origines de la culture du paléolithique supérieur remonte bien avant 44.000 ans, jusqu’à 50.000 à 60.000 ans. Si cela est avéré, et si de nouvelles preuves archéologiques confirment ces hypothèses, il est probable que les premiers hommes arrivés en Europe aient au préalable été influencés par cette période déterminante de la société africaine.»

Lu sur io9

A lire aussi:

Le complexe de l'homme noir

L'irréductible fascisme du gaulois

Angola-Portugal, la colonisation à l'envers