mis à jour le

Législatives au Togo: le parti au pouvoir obtient 59 des 91 sièges

Le parti du président Faure Gnassingbé, l'Union pour la République (Unir) a obtenu 59 des 91 sièges à l'Assemblée nationale lors des élections législatives du 20 décembre boycottées par la principale coalition de l'opposition, selon des résultats officiels provisoires.

Sans les principaux partis d'opposition, qui avaient dénoncé des "irrégularités" dans la préparation du scrutin, UNIR pouvait espérer remporter les 4/5 des sièges au Parlement (73 sièges contre actuellement 62) pour faire passer aisément une réforme constitutionnelle autorisant le président Faure Gnassingbé de se représenter en 2020 et 2025.

Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, a succédé dans la violence à son père, le général Eyadéma Gnassingbé, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 38 ans.

Toutefois, le parti au pouvoir pourra compter sur son allié principal, l'Union des forces de changement (UFC) de l'ex-opposant historique Gilchrist Olympio, arrivée en deuxième position avec six députés et d'autres partis et indépendants. 

Dix listes d'indépendants, ont obtenu 18 sièges.

Au total, 850 candidats issus 130 listes (105 pour 12 partis politiques et 25 pour les indépendants) ont pris part à ces élections.

Le taux de participation officiel est de près de 60% d'électeurs inscrits, les partis boycottant le scrutin ayant invité leurs supporters à ne pas s'inscrire sur les listes. 

Après plus d'un an de grave crise politique, et des dizaines de marches de protestation, certaines massives, les leaders de la principale coalition des 14 partis politiques de l'opposition (C-14) n'ont pas présenté de candidats, et n'auront plus aucune représentation au Parlement. 

Ils ont toujours réclamé davantage de transparence et des réformes constitutionnelles pour permettre la limitation du mandat présidentiel.

Les observateurs de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont salué la bonne tenue de ces législatives.

Les dirigeants ouest-africains ont également se sont félicités samedi à Abuja (Nigeria) de la tenue des législatives "libres et transparentes", conformément à leur feuille de route pour une sortie de crise au Togo.

Ils ont "fortement regretté" le boycottage de ce scrutin par la C-14, "malgré les efforts considérables déployés par les facilitateurs pour favoriser des élections inclusives avec une participation équitable de tous les acteurs à la Céni".

L'opposition a dénoncé la partialité de la CEDEAO, et considère qu'elle n'avait pas suffisamment de représentants à la Commission électorale pour un scrutin libre et équitable. 

AFP

Ses derniers articles: Tanzanie: le président ordonne la décongestion des prisons  Gabon: libération du leader d'un parti d'opposition arrêté lundi  CAN-2019 : "Le Sénégal a aussi des arguments" pour l'emporter, estime Aliou Cissé 

législatives

AFP

Madagascar: très faible participation aux législatives

Madagascar: très faible participation aux législatives

AFP

Les Malgaches votent pour des législatives revanche

Les Malgaches votent pour des législatives revanche

AFP

A Madagascar, des élections législatives aux allures de revanche

A Madagascar, des élections législatives aux allures de revanche

pouvoir

AFP

Algérie: la contestation pas dupe des man

Algérie: la contestation pas dupe des man

AFP

Algérie: l'ancien chef du parti au pouvoir placé en détention préventive

Algérie: l'ancien chef du parti au pouvoir placé en détention préventive

AFP

Togo: large victoire du parti au pouvoir aux municipales

Togo: large victoire du parti au pouvoir aux municipales