mis à jour le

Libye: Conte

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte s'est rendu dimanche à Tripoli où il a discuté avec les responsables libyens de coopération bilatérale et processus politique dans ce pays plongé dans le chaos.

M. Conte a discuté avec le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj des "derniers développements sur la scène politique en Libye et la coopération bilatérale sur le plan économique et de sécurité", selon un communiqué du GNA.

Le programme de la visite d'un jour de M. Conte n'a pas été rendu public mais, selon une source diplomatique libyenne, le dirigeant italien devait se rendre également dans la partie orientale du pays pour rencontrer le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen.

Depuis la chute du dictateur Mouammar Khadafi en 2011, la Libye est plongée dans le chaos, avec une multitude de groupes armés et des forces politiques rivales.

Aujourd'hui le pays est dirigé par deux entités rivales: le GNA, basé à Tripoli, et un cabinet parallèle installé dans l'Est et soutenu par le maréchal Haftar.

La visite de M. Conté intervient plus d'un mois après l'organisation à Palerme (Sicile) d'une conférence sur la Libye qui avait été plombée par les divisions persistantes entre Libyens d'une part et entre pays tiers impliqués d'autre part.

Le maréchal Haftar s'était rendu à Palerme mais avait boycotté la réunion.

Ancienne puissance coloniale qui entretient des liens historiques avec la Libye, l'Italie veut reprendre la main sur le dossier libyen. Elle n'a pas apprécié notamment les efforts diplomatiques déployés par la France pour résoudre le chaos.

Rome est surtout très préoccupée par le dossier des migrants: des dizaines de milliers d'entre eux cherchent chaque année à joindre les côtes italiennes à partir de la Libye où les passeurs, profitant du chaos, sont très actifs.

Après son arrivée en juin au poste de ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite), a fermé les ports italiens aux navires secourant des migrants au large de la Libye, qu'ils soient d'ONG, commerciaux ou même des garde-côtes italiens.

AFP

Ses derniers articles: Du Soudan  Au Soudan, la destitution de Béchir libère la créativité des graffeurs  Le Mozambique sous la menace d'un nouveau cyclone 

coopération

AFP

Les pays du G5 Sahel veulent plus de coopération avec les Nations unies

Les pays du G5 Sahel veulent plus de coopération avec les Nations unies

AFP

Le Maroc et l'Espagne pour un renforcement de la coopération sur l'immigration

Le Maroc et l'Espagne pour un renforcement de la coopération sur l'immigration

AFP

La cheffe de la diplomatie européenne

La cheffe de la diplomatie européenne

politique

AFP

Abassi Madani, chef de file charismatique de l'islam politique en Algérie

Abassi Madani, chef de file charismatique de l'islam politique en Algérie

AFP

Rwanda: Kagame, l'ouverture politique

Rwanda: Kagame, l'ouverture politique

AFP

Algérie: les acteurs de la crise politique

Algérie: les acteurs de la crise politique

Tripoli

AFP

Libye: 121 morts et près de 600 blessés dans les combats près de Tripoli (OMS)

Libye: 121 morts et près de 600 blessés dans les combats près de Tripoli (OMS)

AFP

Libye: 32 morts depuis le début de l'offensive de Haftar, selon Tripoli

Libye: 32 morts depuis le début de l'offensive de Haftar, selon Tripoli

AFP

Libye: les forces de Haftar annoncent une offensive dans l'Ouest, Tripoli dénonce une "escalade"

Libye: les forces de Haftar annoncent une offensive dans l'Ouest, Tripoli dénonce une "escalade"