mis à jour le

L'opposant soudanais Sadek al-Mahdi rentré au pays après un an d'exil

L'ex-Premier ministre et principal dirigeant de l'opposition soudanaise, Sadek al-Mahdi, est retourné mercredi au pays après environ un an d'exil, selon un photographe de l'AFP sur place.

M. Mahdi est arrivé à Oumdourman, ville jumelle de Khartoum, où il a été accueilli par une foule de partisans, avant de se rendre dans la mosquée de la cité.

Aucune explication n'a pu être obtenue dans l'immédiat au sujet de son retour d'exil passé dans plusieurs pays, dont l'Egypte et la Grande-Bretagne.

Il avait été déjà exilé une première fois avant de retourner au Soudan en janvier 2017.

M. Mahdi, dernier Premier ministre démocratiquement élu du Soudan, avait été chassé du pouvoir par le coup d'Etat fomenté en 1989 par l'actuel président Omar el-Béchir.

Il dirige al-Oumma, l'une des plus anciennes formations politiques du pays. Il est également à la tête de la secte Al-Ansar, branche religieuse d'al-Oumma.

En avril dernier, le procureur de la sûreté de l'Etat soudanais avait accusé Sadek al Mahdi de collaboration avec les rebelles pour renverser le régime de M. Béchir.

M. Béchir avait menacé de poursuivre les dirigeants politiques de son pays qui entretiennent des liens avec des groupes rebelles.

AFP

Ses derniers articles: Violences ethniques en Côte d'Ivoire: cendres, morts et difficile réconciliation  Cinq choses  Malawi: élections générales 

pays

AFP

Retour au pays des ex-otages français libérés au Burkina Faso

Retour au pays des ex-otages français libérés au Burkina Faso

AFP

Mali: 18 civils tués dans une double embuscade dans le centre du pays

Mali: 18 civils tués dans une double embuscade dans le centre du pays

AFP

Merkel appelle

Merkel appelle

Soudanais

AFP

Des réfugiés soudanais dans les ténèbres d'un camp reculé en RDC

Des réfugiés soudanais dans les ténèbres d'un camp reculé en RDC

AFP

Les manifestants soudanais épinglent l'ancien régime après des heurts meurtriers

Les manifestants soudanais épinglent l'ancien régime après des heurts meurtriers

AFP

La crise des liquidités ajoute

La crise des liquidités ajoute