SlateAfrique

mis à jour le

Madagascar: l'ex-président Ravalomanana condamne l'expulsion de sa femme


Marc et Lalao Ravalomanana, le 21 janvier 2012 dans un avion reliant Johannesburg à Antananarivo AFP/Archives Joshua Berger

L'ex-président malgache Marc Ravalomanana a condamné samedi l'expulsion de sa femme Lalao, placée dans un avion vers Bangkok la veille alors qu'elle tentait un retour à Madagascar, mais le chef de la Transition Andry Rajoelina a dénoncé une "provocation" menaçant les pourparlers en cours entre les deux rivaux.

"Une fois de plus, le régime en place à Madagascar a montré qu'on ne peut pas lui faire confiance", a-t-il déclaré dans un communiqué.

M. Ravalomanana a ajouté qu'il allait porter plainte auprès de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), l'organisation régionale qui tente une médiation pour sortir le pays de la crise où il est plongé depuis qu'il a été chassé du pouvoir par Andry Rajoelina en 2009.

Ce dernier a pour sa part dénoncé vendredi soir dans une déclaration de son bureau un retour non autorisé qui est, selon lui, "une provocation".

Pour le président de la Transition, "Marc Ravalomanana a encore torpillé le processus de sortie de crise en se servant, cette fois-ci, de sa propre épouse elle-même, Mme Lalao Ravalomanana", affirmant "qu'un tel retour n'a même pas été évoqué (...) aux Seychelles".

Sommés de s'entendre avant le 31 juillet par la SADC, MM. Rajoelina et Ravalomanana se sont rencontrés mardi et mercredi aux Seychelles. Ils doivent à nouveau se voir dans les prochains jours, l'ultimatum ayant été repoussé au 16 août.

Marc Ravalomanana, qui vit en exil en Afrique du Sud, indique dans son communiqué que son rival lui a donné lors de cette réunion l'assurance que sa famille serait protégée à Madagascar.

Il ajoute les voyages familiaux devaient rester discrets, si bien que leur fils Tojo --présent à Madagascar depuis plusieurs mois-- devait seul rencontrer Lalao Ravalomanana à l'aéroport. Ce qui n'a pas empêché les principales personnalités de son camp de s'y rendre pour accueillir l'ancienne première dame.