SlateAfrique

mis à jour le

Somalie - La vie n'est pas si rose après le départ des shebabs

Dans la ville de Baidoa, en Somalie, le calme règne.

Désormais débarrassée des milices islamistes shebabs qui ont été chassées, en février dernier, par l’armée éthiopienne, la vie, à Baidoa, reprend progressivement son cours.

Toutefois, un problème peut en cacher un autre, rapporte RFI.

Les shebabs partis, une nouvelle administration locale instituée, ce sont d’autres tracasseries qui guettent la population de Baidoa.

Récemment, les commerçants de la ville ont protesté contre des taxes trop élevées.

«De Mogadiscio jusqu’à Baidoa, il y a de nombreux barrages routiers. Le gouvernement en a certains, puis il y a les milices, et enfin il y a les shebabs. Tout le monde demande de l’argent à nos conducteurs», se plaint ainsi Mahad Elmu Yerow, un vendeur de matelas, de la hausse des coûts de transport depuis le départ des shebabs.

Certains se plaignent également de devoir payer l’administration des impôts sur un an, alors qu’ils ne savent pas qui contrôlera Baidoa d’ici là.

«Maintenant, le gouvernement est occupé par les élections à Mogadiscio où se trouve la majorité des revenus. Nous dépendons des commerçants ici, de la communauté pour faire survivre la ville. Nous ne recevons rien de Mogadiscio», a notamment expliqué au micro de RFI Abdifatah Mohamed Ibrahim Geseey, le gouverneur de Baidoa.

Pour d’autres comme Rahma Ali Aden, la psychose de l’homme armé prend le pas sur tout le reste.

«Quand vous sortez, vous avez peur des explosions, vous avez peur de vous faire tirer dessus, vous avez peur qu’on vous interroge. Donc, nous ne sommes pas très confiants», a confié ce dernier.

Pour l’heure, l’avenir de cette petite ville, à l’ouest de la Somalie, reste encore flou.

Un bataillon burundais y est pour le moment déployé et l’armée éthiopienne sécurise plusieurs axes, notamment vers la ville frontalière de Dolow, ainsi que vers la localité de Xuddur.

Lu sur RFI

A lire aussi

Somalie - Les rebelles islamistes shebab ne reculent devant plus rien

Mogadiscio: l'espoir d'une renaissance

Somalie - Une vraie fête de l'indépendance sans les Shebab

Les 10 pays les plus dangereux d'Afrique