SlateAfrique

mis à jour le

Nigeria - Honorer toutes ses épouses quand on est polygame, ça peut tuer

«Dans la culture nigériane, le souhait de ne pas quitter cette terre par les mêmes voies qui ont permis la venue au monde» est une prière bien connue, apprend le site de divertissement Naijamayor.

C’est hélas peine perdue pour Uroko Onoja, notable de la localité d’Ugbugbu Owukpa, dans l’Etat de Benue (sud-est du pays). Le Daily Post, site d’actualité nigérian, révèle que le malheureux a succombé en honorant ses nombreuses épouses.

Ayant réussi dans les affaires, l’homme s’était autorisé à prendre jusqu’à six femmes, qu’il ne chérissait pas de façon égale selon toutes vraisemblances.

Dans la nuit du 23 au 24 juillet 2012, Uroko qui rentre de soirée rejoint directement la chambre de sa plus jeune épouse. Mais c’était sans compter ses cinq autres femmes qui s’étaient concertées afin de revendiquer leurs droits de conjointes.

Dès son entrée dans la chambre, elles surgissent armées de bâtons et de couteaux exigeant de leur mari qu’il remplisse son devoir conjugal avec chacune d’entre elles en commençant par la plus jeune.

Le polygame qui tente de résister mais se trouve dépassé par le nombre, n’a d’autre choix que de s’exécuter.

Il réussit à satisfaire les quatre premières mais, se trouvant à bout de force, rend son dernier souffle quand vient le tour de la cinquième.

«Tout à coup, mon mari a cessé de respirer, témoigne la plus jeune femme. Les autres se moquaient, mais quand elles ont constaté que je n’arrivais pas le réanimer, elles se sont enfuies dans la forêt.»

Interrogé par les correspondants du Daily Post, Okpe Odoh, le chef du village, a affirmé que l'affaire avait été signalée à la police désormais à la recherche des épouses en cavale.

A ce jour, deux d’entre elles ont été arrêtées.

Les jeunes du village regrettent la mort de l’infortuné qui en plus d’être l’un des hommes les plus en vue du village se trouvait aussi être un philanthrope et généreux envers la communauté

Lu sur le Daily Post, Naijamayor

A lire aussi

Afrique du Sud: la polygamie de nouveau tendance?

La polygamie redevient «in» en Afrique

A Yaoundé, des philtres d'amour tueurs de Belges

Ghana - Maris, soyez généreux avec vos femmes, ou c'est la prison

Kenya - La révolte des hommes battus par leurs femmes