SlateAfrique

mis à jour le

Ghana - Maris, soyez généreux avec vos femmes, ou c'est la prison

Se montrer trop pingre peut coûter cher. Le ministère ghanéen de la Femme et de l’Enfant a décidé que les époux qui privent leurs épouses de moyens financiers seront passibles de poursuites judiciaires, révèle le site Joy News.

C’est ce que Christiana Ankamah, la secrétaire à la violence domestique a annoncé lors d’un atelier avec le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) sur le thème des violences fondées sur le genre.

«Si vous faites subir des privations à votre femme, si vous refusez de donner de l'argent pour les tâches ménagères, tout en sachant très bien que la femme n'en a pas les moyens, alors vous êtes responsable», a-t-elle affirmé.

Madame Ankamah, repose son argumentation sur l'article 732 de la loi sur les violences domestiques de 2007, a déclaré que «dans un ménage, tout acte privant le conjoint des nécessités de base de la vie constitue une violation des droits humains, rendant ainsi l'auteur punissable par les tribunaux.»

Interprétant de façon large la loi de 2007, elle estime que cette attitude s’assimile à une «violence économique.»

«Par violence économique, nous entendons la violence sous la forme de l'époux empêchant l'autre conjoint de jouir de tous les droits financiers domestiques.»

La haute fonctionnaire cible les situations où la femme est celle des deux membres du foyer qui est contrainte de rester à la maison, alors que l’autre qui «gagne un salaire, utilise son argent pour acheter d'autres choses.»

En revanche, la secrétaire ne dit pas comment elle compte appliquer cette nouvelle mesure.

Lu sur JoyNews, Ghana News Agency, Koaci

 

A lire aussi

Burundi - Comment les femmes peuvent domestiquer leurs maris

Kenya - La révolte des hommes battus par leurs femmes

Les tueuses du salaire de décembre à Abidjan