mis à jour le

Ethiopie: décès de l'ancien président Girma Woldegiorgis

L'ancien président éthiopien Girma Woldegiorgis est décédé samedi, deux semaines avant son 95e anniversaire, ont rapporté les médias d'Etat éthiopiens.

Girma a été président de l'Éthiopie pendant douze ans entre 2001 et 2013, un poste largement honorifique, sans réel pouvoir.  

La cause de son décès, rapporté par l'Ethiopia Broadcasting Corporation (EBC) et d'autres médias publics, n'a pas été donnée. 

Girma parlait couramment l'amharique, la langue de travail en Ethiopie, l'afan oromo, sa langue maternelle, ainsi que l'anglais et le français.

Ces dernières années, Girma a participé activement aux efforts visant à favoriser la réconciliation entre l'Éthiopie et l'Érythrée, les frères ennemis de la Corne de l'Afrique, qui ont déclaré en juillet la fin de deux décennies d'hostilité et entamé un processus de réchauffement de leurs relations.

AFP

Ses derniers articles: Algérie: des employés de Cevital réclament la libération de leur patron incarcéré  Meurtre d'un médecin camerounais anti-Ebola en RDC: onze arrestations  Maroc: nouvelle manifestation des enseignants "contractuels" 

décès

AFP

Décès au Qatar d'Abassi Madani, chef historique du FIS algérien

Décès au Qatar d'Abassi Madani, chef historique du FIS algérien

AFP

Décès au Qatar d'Abassi Madani, chef historique du FIS algérien

Décès au Qatar d'Abassi Madani, chef historique du FIS algérien

AFP

La santé publique tunisienne vivement critiquée après le décès de 12 bébés

La santé publique tunisienne vivement critiquée après le décès de 12 bébés

président

AFP

Santé du président Bongo au Gabon: six mois après son AVC, des questions subsistent

Santé du président Bongo au Gabon: six mois après son AVC, des questions subsistent

AFP

Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place

Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place

AFP

Algérie: le président du Conseil constitutionnel, nouvelle victime de la rue?

Algérie: le président du Conseil constitutionnel, nouvelle victime de la rue?