SlateAfrique

mis à jour le

Ghana - Le nouveau président John Dramani Mahama est une plume

Le 24 juillet 2012, le Ghana a perdu son président John Atta-Mills et découvrait, dans la foulée, son nouveau dirigeant: John Dramani Mahama.

Homme politique ghanéen, nommé vice-président depuis l’élection d’Atta-Mills en 2009, il vient d’être projeté sur le devant de la scène internationale par la procédure de passation de pouvoirs prévue par la Constitution en cas de décès du président.

Les journalistes du site américain The Root l’avaient rencontré le 10 juillet 2012 aux Etats-Unis, alors qu’il effectuait une tournée pour la promotion de la sortie de son ouvrage Mon premier coup d’Etat: et d’autres vraies histoires sur les décennies perdues d’Afrique.

Car oui, le nouveau président du Ghana est aussi écrivain, et a signé de nombreux éditos dans les colonnes du site d'information américain. 

Son dernier ouvrage fait office de mémoires, passant des anecdotes de son enfance aux fléaux de la guerre et de la pauvreté qui freinent l’ascension africaine. Mais malgré les douleurs du passé, l’important reste d'après lui le chemin parcouru et ce qu’on a acquis en cours de route:

«Nous avons appris des coups d’Etat, des sécheresses, de la brutalité de l’époque. C’est pourquoi à l’heure actuelle, il y a une forte volonté de protéger les droits humains en Afrique.

Une importance accordée à l'instauration d'un gouvernement constitutionnel. Un attachement aux règles, à la loi. L’ancienne époque a déclenché les progrès que nous connaissons aujourd’hui. »

Dramani Mahama croit en la démocratie, la force du peuple, seule capable de mettre un terme aux pires dictatures:

«Le peuple se dresse et élève la voix. Et quand les gens se réunissent et parlent comme un seul homme, il n’y a rien qui puisse les arrêter.»

Se posant comme un défenseur acharné des classes populaires, il explique également comment les relations économiques avec la Chine ont pu être bénéfiques et permettre l’essor économique du pays, malgré une contrepartie souvent critiquée:

«L’argent a été investi stratégiquement pour que cela permette non seulement d’accélérer la croissance économique, mais également créer des emplois adaptés aux jeunes qui ont différents niveaux d’étude.»   

John Dramani Mahama doit assurer l'intérim de la présidence jusqu'aux prochaines élections, en décembre 2012. Nul doute qu'il sera difficile pour lui d'écrire un nouveau livre d'ici là.

Lu sur The Root

A lire aussi

Ce Ghana qui déçoit

Ghana et Ethiopie, nouveaux «lions» de la croissance

L'impact bénéfique des investissements chinois en Afrique