mis à jour le

Elections en RDC: au moins un mort mercredi en marge de la campagne de l'opposant Fayulu

Au moins une personne a été tuée mercredi lors de nouvelles violences en marge de la campagne de l'opposant Martin Fayulu dans un fief du président Joseph Kabila dans le sud-est de la République démocratique du Congo, selon diverses sources concordantes.

Les violences qui ont éclaté à Kalemie, chef-lieu du Tanganyika, ont fait entre un et quatre morts, selon les sources, à onze jours de l'élection présidentielle en RDC. Mardi, des violences avaient éclaté autour de M. Fayulu lors de sa venue à Lubumbashi.

Comme à Lubumbashi, des heurts ont éclaté entre la police et les partisans de M. Fayulu à l'arrivée du candidat.

"Il y a des tirs à balles réelles", ont indiqué à l'AFP une source avec des observateurs sur place. Cette même source fait état d'au moins une personne décédée.

"Nous regrettons la mort de deux militants de l'opposition tués par balle alors qu'ils allaient à l'aéroport accueillir M. Fayulu", a déclaré à un correspondant de l'AFP le président de la société civile Rogardien Muyumba.

"Nous gardons trois corps à la morgue de l'hôpital", a indiqué un médecin de Kalemie joint par téléphone par un correspondant de l'AFP.

"Nous avons ramassé quatre corps et les avons acheminés à l'hôpital", selon une source des secours.

"A une barrière de la police, des policiers ont tiré pour disperser la foule qui a accompagnait M. Fayulu", a avancé le président de la société civile, ensemble d'associations et de mouvements non-politiques.

"Après nous avoir causé toutes les misères du monde à Kalemie, maintenant la +kabilie+ (ndr: les partisans de M.  Kabila d'après l'opposition) interdit mon avion de prendre la direction de Kolwezi", a affirmé M. Fayulu sur Twitter.

Ces plus graves violences depuis le début de la campagne ont suscité de premières réactions internationales.

La représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en RDC, Leïla Zerrougui, a déploré dans un communiqué "les pertes en vies humaines et demande aux autorités congolaises de prendre les mesures nécessaires pour éviter de nouveaux incidents".

La France s'est déclarée "préoccupée par les informations selon lesquelles des tirs à balles réelles auraient servi à disperser des manifestants" pro-Fayulu mardi à Lubumbashi.

"Les élections générales prévues le 23 décembre prochain sont une opportunité historique pour un premier transfert démocratique et pacifique du pouvoir en République démocratique du Congo. La France appelle les autorités congolaises à mettre en place les conditions d'un scrutin crédible dans un climat apaisé", ajoute le quai d'Orsay.

lk-bmb-mbb-st/jhd 

AFP

Ses derniers articles: Amical Algérie-Colombie: une fête lilloise réussie sur tous les plans  Kipchoge et Kosgei parmi les nommés au titre d'athlète de l'année de l'IAAF  Algérie: bloqués la semaine passée, les étudiants manifestent 

campagne

AFP

Présidentielle en Tunisie: fin de campagne débridée après la libération de Karoui

Présidentielle en Tunisie: fin de campagne débridée après la libération de Karoui

AFP

En Tunisie, des jeunes épris de changement font campagne pour Kais Saied

En Tunisie, des jeunes épris de changement font campagne pour Kais Saied

AFP

Tunisie/présidentielle: le candidat Saied renonce

Tunisie/présidentielle: le candidat Saied renonce

élections

AFP

Mozambique: le vote a débuté pour les élections générales dans un climat tendu

Mozambique: le vote a débuté pour les élections générales dans un climat tendu

AFP

Elections

Elections

AFP

Au coeur des élections au Mozambique, le miracle ou le mirage gazier

Au coeur des élections au Mozambique, le miracle ou le mirage gazier

mort

AFP

Au Mozambique, la mort troublante d'un observateur électoral

Au Mozambique, la mort troublante d'un observateur électoral

AFP

Mort du dernier éléphant d'Afrique au zoo de Guizeh

Mort du dernier éléphant d'Afrique au zoo de Guizeh

AFP

Au Liberia, le réconfort dans la prière après la mort d'une trentaine d'enfants

Au Liberia, le réconfort dans la prière après la mort d'une trentaine d'enfants