SlateAfrique

mis à jour le

Ces missionnaires américains contre l'homosexualité et l'avortement en Afrique

D’après le quotidien britannique The Guardian, une nouvelle forme de colonialisme émane en Afrique.

Des églises évangéliques et catholiques américaines implantent des bureaux dans plusieurs pays africains afin de promouvoir l’homophobie et la lutte anti-avortement.

Ce constat alarmant est le résultat d’une étude qu’a menée un groupe de réflexion progressiste (Political Research Associates), basé à Boston, aux Etats-Unis.

L’étude, s’intitulant Colonising African Values: How the US Christian Right is Transforming Sexual Politics in Africa (colonisation des valeurs africaines: comment des chrétiens américains de droite transforment la politique sexuelle en Afrique), a mobilisé plusieurs acteurs qui se sont rendus, pendant plusieurs mois, au Kenya, au Malawi, en Zambie et au Zimbabwe.

A l’issue de cette étude, Dr Kapya Kaoma, un prêtre anglican de Zambie employé du groupe de réflexion, a publié un rapport pour le moins inquiétant.

Trois organismes religieux américains, l’American Center for law and justice  (ACLJ), fondé par le télévangiste américain Pat Robertson, le groupe Catholique Human Life International et Family Watch International, dirigé par l’activiste mormone Sharon Slater, sont en ce moment même en train de mener une véritable guerre culturelle en soutenant et finançant les campagnes africaines et les leaders politiques africains anti-homosexualité et anti-avortement.

«Ils (ces organismes) disent que les relations de même sexe ne sont pas conformes aux valeurs et cultures africaines», souligne Dr Kapya Kaoma dans ledit rapport.

Le président zimbabwéen Robert Mugabe aurait même invité l’American Center for law and justice à former des avocats zimbabwéens afin qu’ils travaillent sur une toute nouvelle constitution reflétant «les valeurs chrétiennes».

Même son de cloche pour le Kenya et la Zambie qui se battraient pour inclure dans leur Constitution des expressions bibliques telles que «la vie commence par la conception».

Afin d’illustrer cette nouvelle approche colonialiste, Dr Kapya Kaoma prend l’exemple d’une jeune lesbienne au Zimbabwe qui a été trainée d’églises en églises pour qu’on lui retire «le diable qui est en elle».

En réalité, ces organes généralement de droite et ultra-conservateurs ont perdu un terrain immense aux Etats-Unis avec l’arrivée d’un président noir, Barack Obama, à la Maison Blanche, rappelle le groupe de réflexion à l’initiative de l’étude, Political Research Associates, sur son site internet.

Ce dernier qui s’est d'ailleurs empressé de se prononcer en faveur du mariage homosexuel.

En 2011, le mariage homosexuel était légalisé dans 6 Etats américains.

En mai dernier, l’institut Gallup faisait savoir que 56% des Américains considéraient comme "acceptables" les relations de même sexe.

«Il semblerait qu’ils perdent de l’influence aux Etats-Unis, donc la meilleure solution qu’ils ait trouvé est de conquérir l’Afrique et d’imposer leur point de vue», note dans le rapport Dr Kapya Kaoma

Lu sur The Guardian

A lire aussi

Pourquoi les évanlégiques font peur (en France)

Dieu vit à Kinshasa

Religion: percée évangélique en France

Les 5 pasteurs millionnaires du Nigeria

Ce pasteur camerounais très gay-friendly