SlateAfrique

mis à jour le

Les travailleurs du sexe montent au front contre le sida

Les travailleurs du sexe ont fait entendre leur voix au cours de la Conférence internationale pour le sida AIDS 2012 qui se déroule à Washington (Etats-Unis), du 22 au 27 juillet 2012.

Dans ce concert international, des délégations africaines sont venues plaider pour une protection juridique des travailleurs du sexe.

En effet, aux quatre coins du globe, les prostitués sont très exposés aux risques de transmission du VIH, tel que le confirme le site Voice of America:

«Les travailleurs du sexe, les homosexuels et les usagers de drogue par intraveineuse constituent les trois catégories de population les plus exposées à une infection rapide par le virus du sida. »

Kholi Buthelezi, coordinatrice sud-africaine pour l’Alliance africaine des travailleurs du sexe (African sex worker alliance), milite pour l’amélioration des conditions de travail, la prévention sanitaire et surtout pour une reconnaissance de droits envers ceux qui vivent du plus vieux métier du monde.

Lors de son allocution à Washington, elle a évoqué les conditions de travail précaires dans lesquelles exercent les prostituées en Afrique du Sud, souvent victimes de viols, de harcèlement, même par les autorités locales.

Pour elle, la pénalisation de la prostitution renforce les problèmes liés à la non-reconnaissance du statut:

«A Mpumulanga (province du nord-est de l’Afrique du Sud, Ndlr), les policiers se rendent parfois au domicile des prostituées parce qu’ils savent où elles logent. Et quand ils y vont, ils détruisent les préservatifs. Ils les forcent à ingérer les préservatifs qui ont été utilisés. Et parfois même, ils les obligent à sauter du haut d’un pont, pour que cela ressemble à un suicide.»

Pour Sian Maseko, directrice du Centre zimbabwéen pour les droits sexuels (Sexual rights centre):

«Les lois pénalisant la prostitution servent souvent à justifier la stigmatisation et la discrimination dont sont victimes les travailleurs du sexe auprès des institutions, des services publics, et souvent de la communauté toute entière.» 

En France, le débat autour de la prostitution a récemment été abordé par la ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, qui a annoncé une possible mesure de pénalisation du client.

Une position vivement critiquée par les travailleurs du sexe, pour lesquels cette loi précariserait encore plus la position des prostitués, et les exposerait davantage aux risques de contamination du sida.

Lu sur Voice of America, Le Plus

 

A lire aussi

Peut-on soigner le sida avec de la tisane?

Sida - Comment les Camerounais luttent contre la stigmatisation

Le guide de l'amour risqué à Alger

La tentation du X