mis à jour le

Le président Abdelaziz Bouteflika lors de la commémoration du 8 mai 1945 à Sétif le 8 mai 2012. AFP/FAROUK BATICHE
Le président Abdelaziz Bouteflika lors de la commémoration du 8 mai 1945 à Sétif le 8 mai 2012. AFP/FAROUK BATICHE

L'Algérie, un pays qui se suffit à lui-même

Les pétrodollars ne poussent pas l'Algérie à regarder ce qui se passe en dehors de chez elle et s'ouvrir à ses voisins. Au contraire, elle s'enferme dans une posture isolationniste.

Malgré la saison touristique largement ouverte, l'Algérie refuse toujours l'ouverture des frontières avec le Maroc.

Et vient de refuser la proposition du voisin tunisien sur la libre circulation des personnes entre les deux pays, avec une simple carte d'identité.

Alger, vieille dame aigrie, aime vivre seule et suspecte tout le monde de vouloir profiter de sa tirelire.

«Nous n'avons besoin de personne, à part du pétrole, souligne un cadre au ministère des Finances. Tant qu'il coule, on peut se la couler douce».

Si pour lui, le système algérien lui convient parfaitement, ce n'est pas le cas de tout le monde et beaucoup d'Algériens, entrepreneurs, voyagistes, transporteurs ou simplement touristes, pourraient profiter d'une réelle ouverture vers l'extérieur.

Une question reportée sine die

On s'en souvient, au début de l'été dernier, l'ouverture de la frontière avec le Maroc semblait imminente.

Puis, revirement de dernière minute, la question était reportée par les autorités algériennes. Cette année encore, rien ne dit qu'elles seront ouvertes, malgré les nouvelles demandes pressantes des Marocains, islamistes au pouvoir, y compris.

Il y a une dizaine de jours, Moncef Marzouki, le président élu tunisien, dont la vision maghrébine n'est pas contestée, offrait au nom du principe «des 5 libertés» (déplacement, résidence, travail, investissement, élections municipales), qu'il a développée dès son investiture, l'idée d'une libre circulation des personnes et l'ouverture des marchés du travail aux pays du Maghreb.

Pour toute réponse, un refus poli mais ferme d'Alger, pièce maitresse du Maghreb (qui compte cinq pays, Algérie, Maroc, Libye, Mauritanie et Tunisie).

L'Algérie ne se sent pas «concernée» par cette mesure «anticipée et unilatérale».

Question de sécurité bien sûr, mais aussi une forte suspicion, celle de vouloir profiter de l'immense marché algérien pour caser ses chômeurs, dont le nombre a fortement augmenté depuis la révolution du jasmin. Les fleurs, c'est bien, le travail, c'est mieux.

Les réunions qui tournent en rond

Plus grand pays d’Afrique et de la Méditerranée, l’Algérie n’est serieusement impliquée dans aucun ensemble regional. Ni en Afrique, ni en Méditerranée,  ni dans le monde arabe ou musulman, en Europe ou au Sahel.

Formelles et très bureaucratiques, les nombreuses réunions de l'Union du Maghreb arabe (UMA, créée en 1989) ne passionnent ni les foules ni les économistes.

Et pour cause, entre une monarchie absolutiste, une République autocratique et une démocratie islamiste, pour ne parler que des trois pays phare de l'ensemble (Maroc, Algérie, Tunisie), difficile de trouver un terrain d'entente.

Alger traînant les pieds, le seul à tenter de faire bouger les lignes est Moncef Marzouki le Tunisien, qui veut prendre de l'avance sur ses islamistes en donnant une vision globale de la région.

Indifférence d'Alger pour ses deux pays voisins, qui l'ont aidé dans son âpre guerre d'indépendance, et qu'elle a oublié de remercier pour ce 50e anniversaire.

Pourtant, appliquant une diplomatie de la réciprocité, l'Algérie n'a jamais imposé un visa par exemple à un quelconque pays, sans que celui-ci ne l'impose d'abord et a toujours levé les obstacles administratifs une fois que l'autre partie l'a fait.

Pourquoi ce refus? La suspicion toujours, comme envers le Maroc, qu'elle soupçonne de ne vouloir que renflouer les caisses du tourisme à l'Est, mises à mal depuis la fermeture de la frontière en 1994.

D'une façon générale, rappelle le cadre du ministère des Finances:

«Alger déteste les initiatives qui ne viennent pas d'elle».

Elle vient encore, il y a quelques jours, de refuser la sollicitation du FMI qui lui demandait de l'aider à renflouer ses caisses, au vu du matelas confortable de 200 milliards de dollars de réserves de change dont elle dispose.

«Là, on peut le comprendre, pendant des années, le FMI était considéré à Alger comme le diable en personne, dont l'unique objectif était d'affamer les peuples en leur volant de l'argent», explique encore le cadre du ministère des Finances.

«On voit mal maintenant l'Algérie aider le FMI, personne ne le comprendrait.»

Mais pour le reste?  

«La question ne se pose pas, tant que les cours du baril se maintiennent.»

 Tant qu'il y a du soleil, pourquoi acheter des ampoules?

Le yo-yo, pas bon pour la santé

Pour l'instant donc, tout va bien à Alger, dame solitaire et suspicieuse qui tient fermement son porte-monnaie dans son «'abboun» (terme algérien qui désigne l'endroit, sous la poitrine, où les vieilles femmes cachent leur argent).

Sauf que le ministre des Finances, Karim Djoudi, vient de lancer un avertissement quand à la baisse probable des prix du pétrole.

Si la chute arrive, dans ce cas-là, l'ouverture sera forcée, comme elle l'a été lors des précédentes chutes du baril, (fin des années 80), et qui a poussé les réformes.

En attendant, pas besoin d'apport extérieur. Ni impliquée réellement dans l'UMA (Union du Maghreb arabe) ou dans les accords régionaux, ni adhérente à l'OMC ou à la Francophonie, elle traîne aussi sur la question du Mali, même si sa vision est en train de changer, l'Algérie se méfie de l'étranger.

Ce qui est tout un paradoxe car ce dernier est bien présent dans tous les rouages du pays.

Le pétrole est géré par les Américains, l'eau, le métro, le tramway d'Alger, l'aéroport, les banques privées par les Français, la communication par des Tunisiens, les télécoms par les Egyptiens et Libanais, l'industrie métallurgique par les Indiens et les routes et infrastructures construites par les Chinois.

La plupart des dignitaires du régime ont des comptes en Suisse et des maisons en France ou en Espagne. Signe suprême enfin, le président Bouteflika lui-même est né au Maroc. Mais à l'époque, il n'y avait ni frontière fermée ni barils de pétrole.

Chawki Amari

A lire aussi

L'Algérie, une forteresse assise sur son pétrole

Algérie: 36 millions de demandeurs, un poste

L'Algérie entasse ses pétrodollars

Alger, où personne ne veut avoir 20 ans

Alger, le métro le plus lent du monde

La lente agonie de l'Union du Maghreb arabe

Le mystère des origines de Bouteflika

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

indépendance algérie

Vu d'Alger

Lettre à Enrico Macias

Lettre à Enrico Macias

France-Algérie

Bouteflika, le président qui offre des bains de foule

Bouteflika, le président qui offre des bains de foule

50 ans après

La France a besoin de l'Algérie

La France a besoin de l'Algérie

Maroc

AFP

France: Amine Harit choisit de jouer pour le Maroc

France: Amine Harit choisit de jouer pour le Maroc

AFP

Leila Slimani s'interroge sur la sexualité au Maroc

Leila Slimani s'interroge sur la sexualité au Maroc

AFP

Mondial-2018: choc Tunisie-RDC, Cameroun, Maroc et Ghana sous pression

Mondial-2018: choc Tunisie-RDC, Cameroun, Maroc et Ghana sous pression