SlateAfrique

mis à jour le

Rwanda - Ces petits paysans qui vivent un vrai conte de fée

L’histoire de Bugesera au Rwanda est une histoire qui commence mal.

Ce district —situé à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Kigali, la capitale rwandaise— s’est vidé de ses habitants au début des années 2000 à cause de la sécheresse et des difficultés pour trouver de la nourriture.

«Bugesera a vécu une succession de sécheresses très sévères de 1998 à 2001, 2003, 2005, et de 2006 à 2008. (…) En 2004, l’état de la sécurité alimentaire à Bugesera était tel que le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a ouvert un centre de nutrition pour nourrir parents et enfants, pour un total de 40.000 personnes», raconte le site African Review.

Mais aujourd’hui, le paysage de Bugesera a bien changé.

«La première impression que vous avez en arrivant est qu’il doit s’agir de l’endroit le plus verdoyant de toute la région», poursuit le site d’information kényan.

L’aide alimentaire prodiguée par les Nations unies se faisait en contrepartie d’un travail exigé auprès des habitants: planter quotidiennement des arbres. Un bon moyen de contrer les problèmes de sécheresse sur le long terme.

Pour M. Rwagaju Louis, responsable du district, cela montre que la population a pris conscience de sa responsabilité dans les problèmes de sécheresse:

«Nous ne faisions pas assez attention à nos ressources naturelles. Les gens détruisaient l’environnement en coupant les arbres sans pour autant les remplacer.»

Le projet prend de l’ampleur, et en 2007, les habitants reçoivent de la part du gouvernement une nouvelle espèce de manioc, qui poussera très bien dans la région.

Résultat: aujourd’hui, chacun mange à sa faim, et même au-delà puisque le projet est devenu «une source d’emploi et de revenu pour les habitants de Bugesera».

Les habitants alternent entre la plantation et la récolte de manioc, d’autres travaillent sur la construction d’une route menant à Kigali, et également à l’élaboration et la vente de farine de manioc.

«Grâce aux récoltes depuis les fermes du district, les habitants produisent maintenant de la farine et l’emballent dans de simples et attrayants sacs en papier. Après avoir été le district le plus pauvre du Rwanda, Bugesera produit aujourd'hui non seulement sa propre nourriture, mais en a suffisamment pour en exporter au Burundi.»

Une véritable success story à l’africaine.

Lu sur Africa Review

A lire aussi

Plaidoyer pour une agriculture africaine

Pourquoi l'Afrique ne se développe pas

Sénégal - La mangrove du delta du Saloum, un bijou entre terre et mer